Economie

Tourisme: la Tunisie, très impactée par la faillite de Thomas Cook

La mise en faillite du voyagiste britannique va impacter le tourisme tunisien. Selon les premières projections, le manque à gagner pour l’économie tunisienne se chiffrerait à 67 millions d’euros. Certains hôteliers n’ont pas été payés depuis 3 mois.

Par Moussa Diop
Le 24/09/2019 à 11h27, mis à jour le 24/09/2019 à 11h50
Thomas Cook
DR

Comme on pouvait s'y attendre, la faillite du groupe Thomas Cook aura un impact indéniable sur le tourisme tunisien, et affectera de nombreux établissements hôteliers du pays, particulièrement ceux qui n’avaient que ce voyagiste comme client.

Pour le tourisme tunisien, le manque à gagner en termes d’arrivées de touristes britannique est énorme.

En effet, rien que pour la station balnéaire de Djerba, le voyagiste dispose de 33 clubs de vacances. Selon les estimations du ministère du Tourisme, ce sont 100.000 touristes britanniques qui ont fréquenté la destination Tunisie durant la période estivale.

Thomas Cook représente 1% des touristes visitant la Tunisie, soit 150 000 touristes dont une grande majorité de britanniques. Et actuellement, ce sont 4.500 touristes de ce voyagiste qui se trouvent dans le pays.

Selon la Fédération tunisienne de l’hôtellerie, une quarantaine d’établissements, sur plus de 600, travaillent avec le voyagiste britannique.

Et des dires de plusieurs hôteliers tunisiens accueillant des clients de Thomas Cook, le voyagiste ne les a pas rémunérés depuis le mois de juin dernier. Les impayés cumulés de Thomas Cook s’élèveraient ainsi à 220 millions de dinars, soit 67 millions d’euros.

Pour les remboursements, le gouvernement britannique s’est engagé à régler ces impayés, via un système d’indemnisation, dans un délai de 40 jours.

Au-delà, le risque de faillite de certains établissements d’hébergement tunisien très dépendant du voyagiste est réel, et, du reste, très craint, certains redoutant des pertes de milliers d’emplois dans le secteur du tourisme.

Cet hôtelier de Hammamet n'hésite d'aileurs pas à affirmer que «le bilan économique est beaucoup plus grave pour les hôtels impactés par la faillite de Thomas Cook que les conséquences des attentats de 2015».

Thomas Cook, créé en 1841, avait fait son grand retour en Tunisie en 2017, après une interruption de plusieurs années du fait de la menace terroriste dans le pays. 

Toutefois, la Tunisie ne sera pas le seul pays du Maghreb à être affecté par la faillite du plus ancien voyagiste du monde. Le Maroc aussi sera forcément touché, certes à un degré moindre.

Dans le pourtour Méditerranéen, la Grèce sera le pays de loin la plus affectée. En effet, 70% des hôtels de cette destination touristique très prisée ont noué des contrats avec Thomas Cook, qui y envoie, chaque année, près de 400.000 touristes.

Par Moussa Diop
Le 24/09/2019 à 11h27, mis à jour le 24/09/2019 à 11h50