Economie

Acculée par les pénuries, la Tunisie pulvérise le record du prix d’achat du blé de l’Algérie

La Tunisie vient d’acheter 125.000 tonnes de blé tendre à un cours historique record pour cette céréale. Un sacrifice qui se justifie par les pénuries de semoule et de farine de blé tendre et donc du pain en Tunisie qui font craindre des tensions sociales dans le pays.

Par Karim Zeidane
Le 12/03/2022 à 16h03, mis à jour le 12/03/2022 à 16h04
Blé
DR

Après l'Algérie qui a acheté 600.000 tonnes de blé mercredi dernier, 9 mars 2022, au cours de 485 dollars la tonne, c’est au tour de la Tunisie, qui avait pourtant renoncé il y a quelques semaines à l’achat de blé à cause des cours élevés, de pulvériser le record du prix d’achat de son voisin. En effet, le pays des Jasmins vient d'acquérir sur le marché international 125.000 tonnes de blé tendre et près de 100.000 tonnes d’orge fourragère dans le cadre d’un appel d’offre international clôturé vendredi dernier, selon plusieurs opérateurs européens.

En effet, ce blé tendre, acheté en 5 lots d’environ 25.000 tonnes chacun, a été acheté à un prix variant de 491,68 à 505,68 et 508,89 dollars la tonne, pour 4 lots et 497,25 dollars pour le 5e lot. Ils ont été achetés, selon les médias tunisiens, auprès des groupes de négoce Casillo (Italie) et Gargill (Etats-Unis).

Ces achats sont confirmés par le site spécialisé Terre Net qui explique que «la Tunisie est notamment passée aux achats pour 125 000 tonnes de blé meunier, à un prix moyen de 500,64 dollars/tonne (C&F)». Un prix qui correspond à un nouveau record pour la tonne de blé, une denrée devenue rare à cause de la tension en Ukraine et qui se traduit par l’arrêt des exportations russes et ukrainiennes de blé qui représentent 30% du blé mondial échangé.

Il s’agit du second appel d’offres lancé par la Tunisie en l’espace d’une semaine. Ces achats visent à faire face à des pénuries de farine de blé tendre et de semoule qui commencent à susciter des inquiétudes et des tensions sociales dans le pays. Ainsi, dernièrement, «plusieurs citoyens de la délégation de Ouled Haffouz, relevant du gouvernorat de Kairouan, ont attaqué un poids lourd stationné devant l’un des points de vente en gros de la région et ont emporté, de force, de grosses quantités de semoule et farine», selon Tunisie Numérique.

Des pénuries expliquées par les autorités du fait de la spéculation et de la contrebande. Toutefois, si ces deux facteurs expliquent en partie ces pénuries, comme en atteste les prises effectuées par les autorités auprès de certains opérateurs qui tentaient de vendre de la farine subventionnée en dehors des circuits de distribution légaux, il n’en demeure pas moins pour certains médias tunisiens, que c’est la situation financière de l’Office des céréales, en charge d’approvisionner le pays, qui serait dans l’incapacité d’honorer ses commandes auprès des fournisseurs mondiaux, qui expliquerait les pénuries de farine et semoule.

A noter aussi qu’outre les pénuries de farine et semoule, le pays fait face à plusieurs déficits de produits de première nécessité dont le sucre, l’huile…

Par Karim Zeidane
Le 12/03/2022 à 16h03, mis à jour le 12/03/2022 à 16h04