Tunisie: qui est Mounir Baatour, candidat homosexuel à la présidentielle?

DR
Le 29/06/2019 à 14h48, mis à jour le 29/06/2019 à 14h49

Mounir Baatour, avocat et président de "Shams" pour la dépénalisation de l’homosexualité en Tunisie, se porte candidat aux prochaines élections présidentielles de novembre prochain. La tâche ne sera pas facile dans un pays où l'homophobie est ancrée dans la société.

Ce sera une première au Maghreb et peut être même en Afrique. Un candidat qui se déclare ouvertement homosexuel se présentera à l’élection présidentielle tunisienne de novembre prochain.

Il s’agit de Mounir Baatour président de l’association Shams, la plus importante association de défense des droits des homosexuels et des personnes transgenres (LGBT) qui milite pour la dépénalisation de l’homosexualité. Un sujet encore tabou en Tunisie et sur lequel les hommes politiques préfèrent faire profil bas pour éviter d'être sanctionés par une société globalement homophobe, à l'instar de la quasi totalité des sociétés musulmanes.

Baatour est avocat de profession depuis 1995 et spécialiste en droit des affaires et en droit immobilier.

Le candidat a fait l’annonce de sa candidature à la présidentielle tunisienne à l’agence de presse belge Belga. «Après tant d’années de lutte pour les droits des minorités, j’ai compris que personne ne peut faire le raval mieux que moi», a t-il déclaré.

Pour montrer sa détermination, l’avocat de profession annonce avoir déjà obtenu plus de 10.000 signatures nécessaires pour être candidat.

La tâche ne sera pas facile pour le président de Shams. L'article 230 du Code pénal tunisien datant de 1913 condamne l’homosexualité à «trois ans d’emprisonnement». En 2013, Baatour a été arrêté et condamnée pour sodomie à 3 mois de prison. En 2018, plus de 120 homosexuels ont été arrêtés.

Son engagement pour la cause homosexuelle lui vaut la reconnaissance à l’étranger. En 2018, il est distingué en obtenant le prix Idahot "Pour la liberté" en France.

Toutefois, il n’est pas certain que sa candidature puisse être avalisée par les autorités tunisiennes du fait de l’homophobie de la société tunisienne. En plus, l’avocat et activiste gay tunisien est accusé de prôner la reconnaissance et la normalisation diplomatique avec l’Etat d’Israël. Autant de griefs qui risquent de peser sur sa candidature à la présidentielle tunisienne de novembre prochain.

Par Karim Zeidane
Le 29/06/2019 à 14h48, mis à jour le 29/06/2019 à 14h49

Bienvenue dans l’espace commentaire

Nous souhaitons un espace de débat, d’échange et de dialogue. Afin d'améliorer la qualité des échanges sous nos articles, ainsi que votre expérience de contribution, nous vous invitons à consulter nos règles d’utilisation.

Lire notre charte

VOS RÉACTIONS

0/800