Fermer

Tunisie: le Covid-19 hors de contrôle, mais le gouvernement dit niet à un confinement général

Mise à jour le 30/06/2021 à 14h31 Publié le 30/06/2021 à 14h30 Par Karim Zeidane

#Politique
hopitaux tunisiens saturés
© Copyright : DR

#Tunisie : Le Comité national de lutte contre la pandémie du Covid-19 a demandé un confinement général de 6 semaines pour faire face à l’explosion des contagions, craignant le pire avec la fête de l’Aïd al-Adha. A la place, craignant des tensions sociales, le gouvernement a pris une série de mesures.

La situation sanitaire est catastrophique en Tunisie où les contagions battent des records. Ainsi, selon les données de la journée du 28 juin 2021, un record quotidien de 5.251 nouveaux cas a été enregistré dans le pays, sur un total de 14.122 tests de dépistage au Covid-19 réalisés, soit un taux de positivité de de 37,18%. A Siliana, ce taux a même atteint un niveau exceptionnel de 62,2%. Durant la même journée, 106 décès ont été enregistrés.

C’est dire que la situation est critique. D’ailleurs, dans de nombreux gouvernorats du pays, les hôpitaux dédiés au Covid-19 sont saturés. C’est le cas du gouvernorat de Nabeul où, selon la cheffe du service des urgences à l’hôpital régional Taher Maamouri, l’hôpital a dépassé sa capacité d’accueil maximale et des patients sont désormais placés dans des bureaux. Elle a annoncé, sur Radio Med, que sur 10 patients qui passent le test de dépistage, 9 s’avèrent positifs au coronavirus. A Béjà aussi les capacités sont saturées et les patients Covid-19 sont soignés dans les espaces extérieurs de l’hôpital régional.

>>> LIRE AUSSI: Tunisie: flambée inquiétante des contagions et confinement général dans plusieurs régions

Face à la gravité de la situation, et après le reconfinement total dans certaines régions du pays parmi les plus touchées, les experts sanitaires ont tout simplement demandé aux autorités un confinement général de 6 semaines, selon Nissaf Ben Alaya, porte-parole du ministère de la Santé et directrice de l’observatoire national des maladies nouvelles et émergentes.

Les médecins tunisiens ont appelé le chef de l’Etat, Kaïs Saied, à fermer les frontières et à déployer l’armée sur tout le territoire pour imposer l’application du confinement général et protéger les citoyens.

A travers cette demande, les experts souhaitent limiter les déplacements et les rassemblements, notamment durant la période de l’Aïd al-Adha qui sera célébrée durant le mois de juillet. Une fête qui sera célébrée dans le monde musulman entre le 21 et le 22 juillet.

>>> LIRE AUSSI: Tunisie. Covid-19: des prémisses d’une 4e vague de contagion à cause des mesures prises

Si cette solution est jugée la seule à même de casser la chaîne de transmission du coronavirus, selon les experts sanitaires, force est de constater que le confinement général est difficilement envisageable en Tunisie par les autorités gouvernementales.

Le dernier confinement général avait fini par susciter des révoltes au sein de la population avec de nombreuses manifestations. Il avait aussi mis la fragile économie tunisienne à genou. Partant, on comprend parfaitement les craintes du gouvernement.

Ainsi, lors de la réunion de l’Autorité nationale de lutte contre le coronavirus qui s’est tenue le mardi 29 juin, sous la présidence du Premier ministre, Hichem Mechichi, lui-même testé positif au Covid-19, la proposition des experts sanitaires relative au confinement général de 6 semaines n’a pas été retenue. Selon la porte-parole du ministère de la Santé, le gouvernement a mis l’accent sur la difficulté d’appliquer une telle mesure en raison des conditions économiques et sociale ainsi que psychologiques du confinement général sur les populations.

>>> LIRE AUSSI: Tunisie: un taux de létalité du Covid-19 parmi les plus élevés au monde

Toutefois, une série de mesures a été prise lors de cette rencontre pour freiner les contagions.

Parmi celles-ci figurent, entre autres, l’application du couvre-feu de 20h à 05h sur l’ensemble du territoire, l’application stricte du protocole sanitaire dans toutes les manifestations, fermeture immédiate de tous les magasins qui n’appliquent pas le protocole sanitaire et l’application stricte des procédures de port du masque et sanction de tous les contrevenants.

De même, en ce qui concerne la réouverture des frontières, désormais tous les entrants en Tunisie doivent présenter un test PCR portant un code QR (QRC) ne dépassant pas les 72 heures. Pour rappel, afin de relancer le secteur touristique, l’un des poumons de l’économie tunisienne, le gouvernement avait allégé les procédures d’entrée dans le pays pour les ressortissants des pays jugés relativement peu risqués en n'exigeant pas de test pour les voyageurs déjà vaccinés. Désormais, le test PCR est obligatoire pour tout le monde.

>>> LIRE AUSSI: Covid-19: la Tunisie allège le protocole sanitaire aux frontières pour ressusciter son tourisme

Enfin, le gouvernement s’est engagé à intensifier la campagne de vaccination ciblée pour les personnes âgées de 60 ans et plus par tous les moyens possibles. Sur ce point, la Tunisie est en retard en matière de vaccination. En tout, 1,8 million de doses a été administré à la population. Sur ce, 1,26 million de personnes, soit 10,8% de la population du pays, ont reçu au moins une dose, et 533.000 autres ont été totalement vaccinés.

La Tunisie compte un cumul de 414.000 cas de Covid-19 officiellement recensés, pour 352.000 guérisons et 14.843 décès. 
Le 30/06/2021 Par Karim Zeidane