Fermer

Algérie: interdiction de vendre de l'huile de table aux mineurs, une première mondiale

Publié le 09/01/2022 à 20h02 Par Mar Bassine

#Economie
Algérie: interdiction de vendre de l'huile de table aux mineurs, une première mondiale
© Copyright : DR

#Algérie : Dépassé par la sévère pénurie de l'huile de table, le régime algérien a décidé de prendre une mesure inédite d'interdiction de la vente de ce produit aux mineurs, devenant ainsi le premier pays au monde à imposer à ses citoyens une telle restriction.

On a peine à y croire, mais c'est très officiellement que le régime algérien a décidé d'interdire la vente de l'huile de table aux citoyens de moins de 18 ans. Une nouvelle mesure qui témoigne de la panique qui s'emprare du régime face à la pénurie. 

Cette mesure, entrée en vigur jeudi 6 janvier, et qui fait couler beaucoup d'encre dans le pays d'Afrique du nord, est l'oeuvre du ministère du Commerce. Le chef de ce département, Kamel Rezig, a tenté de s'en expliquer devant la presse. Selon lui, cette interdiction va permettra de lutter contre la spéculation dont les mineurs seraient des pions utilisés par ceux qui veulent effectuer plusieurs achats. 

>>> LIRE AUSSI: Algérie: nouvelle scène de bousculade à cause de la pénurie d'huile, le sénat crée une commission d'enquête

Car, faut-il le rappeler, l'huile de table est un produit rationné, chaque client ne pouvant en acheter qu'un bidon à la fois dans les commerces. Par conséquent, toujours selon Kamel Rezig, certains enverraient des mineurs acheter des bidons d'huile afin de les stocker dans le but de les revendre plus tard. 

Or, selon la presse algérienne, s'il y a bien spéculation, c'est parce que non seulement les importations ne suffisent pas à cause des restrictions du gouvernement, mais aussi parce que certains opérateurs veulent bien tirer profit de cet entêtement du gouvernement à ne pas ouvrir les vannes des importations d'huile, notamment pour le groupe Cevital, le plus grand producteur local d'huile raffinée. 

Ainsi, explique le site d'information Tout sur l'Algérie, «en plus d’être à portée limitée, sachant que la grande spéculation, celle qui est réellement problématique, se fait par le stockage de cargaisons entières, une telle mesure est frappante sur le plan de l’image, l’interdiction de vente aux mineurs concernant uniquement les produits dangereux comme l’alcool, le tabac ou les armes dans les pays où ce genre de commerce est autorisé». 

>>> LIRE AUSSI : Algérie: l’«année du décollage économique» de Tebboune débute avec de nouvelles hausses des prix et pénuries

C'est au printemps 2021, rappelle le même média, qu'est survenue la première pénurie d'huile de table et son origine était clairement la décision du même ministère du Commerce d'imposer la facturation aux distributeurs, ce qui, de facto, avait réduit considérablement leur marge. Du coup, la plupart d'entre eux avaient renoncé à la distribuer. 

Dans la même logique, il y a à peine trois mois, en octobre 2021, les autorités ont interdit la vente d'un, deux ou cinq litres subventionnés aux industriels qui doivent s'adresser directements aux producteurs. Du coup, certains n'hésitent pas à contourner cette nouvelle mesure. 

Mais tout ceci est lié directement au fait que, financièrement, l'Algérie est dans une phase où elle ne peut plus assumer sa politique de subvention et n'ose pas entamer des réformes en profondeur. 



Le 09/01/2022 Par Mar Bassine