Fermer

Vidéos. 114e mardi du Hirak algérien: "les généraux à la poubelle", scande la foule

Mise à jour le 27/04/2021 à 13h37 Publié le 27/04/2021 à 13h17 Par Djamel Boutebour

#Politique
Algérie. 114e mardi du Hirak: "les généraux à la poubelle", scande la foule
© Copyright : DR

#Algérie : Ce 114e mardi du Hirak, les étudiants algériens ont été d'une rare virulence contre les généraux qui en ont eu littéralement pour leur grade. Traités de traîtres et menacés d'être jetés à la poubelle. Les haut-gradés de l'armée ont été vilipendés par une foule survoltée.


C'est avec la régularité de métronome que les étudiants algériens maintiennent la pression sur le régime en sortant régulièrement manifester pour exiger des changements en profondeur. Ce mardi ne fait pas exception, puisqu'ils ont été des milliers à sortir dans les rues d'Alger, d'Oran, de Constantine ou d'Annaba.

Dans la capitale, les étudiants ont été rejoints une nouvelle fois par une foule immense scandant les slogans habituels contre les généraux qui demeurent la clé de voute du régime. Ils ne se sont pas contentés de marteler le message phare du Hirak contre le système politico-militaire qui avait soutenu Bouteflika et qui s'est réinventé en Abdelmadjid Tebboune, en l'occurrence "Dawla madaniya, ma chi askariya" (Pour un Etat civil et non militaire).


>>>LIRE AUSSI: Vidéos. Algérie. 113e mardi du Hirak, dans un contexte de commémoration du "printemps noir"

Cette fois, ils sont allés un peu plus loin en demandant littéralement que soient jetée aux ordures la horde de généraux qui sont les vrais dirigeants du pays. "Les généraux à la poubelle et l'indépendance à l'Algérie", ont-ils clairement dit. Ils n'ont pas hésité à traiter les généraux de traîtres et les services de renseignements d'être rien moins que des terroristes.

Le régime algérien ne sait plus où donner de la tête, tant les attaques viennent de toute part. Ce 114e mardi du Hirak est marqué par la sortie virulente des étudiants contre les généraux qu'ils menacent de jeter à la poubelle en les traitant de traîtres.

Chauffée à blanc, la foule a enchaîné avec ses messages à l'endroit du régime. "Jina bach trahlou, majinach bach nehtaflou" ou "Nous sommes venus pour que vous dégagiez, nous ne sommes pas venus pour célébrer". En d'autres termes, ils sont en train de dire au régime que ce n'est pas pour le plaisir qu'ils sont tous les mardis et tous les vendredis dans la rue, mais pour voir le régime dégager une bonne fois pour toutes.


>>>LIRE AUSSI: Algérie: plusieurs détenus du Hirak en grève de la faim évacués vers l'hôpital

Un autre slogan montre toute la détermination des étudiants à en finir avec ceux qu'ils qualifient de bande : "Thawra machi hamla intikhabiya", c'est-à-dire: "C'est une révolution et non une campagne électorale".









Ces manifestations interviennent dans un contexte de fortes tensions sociales où le pays vit au rythme des pénuries des denrées de première nécessité et dans lequel plusieurs corps de métiers menacent d'aller en grève. C'est sans doute ce qui explique que les manifestants aient haussé le ton contre le régime.
Le 27/04/2021 Par Djamel Boutebour