Fermer

Vidéo. Niger: des jeunes organisent des tontines géantes pour financer des TPE ou la consommation

Mise à jour le 20/11/2021 à 16h18 Publié le 20/11/2021 à 16h17 Par notre correspondant à Niamey-Aboubacar Sarki

#Economie
Niger, face aux difficultés liées à la Covid 19, des jeunes organisent des tontines géantes
© Copyright : le360 Afrique/Sarki

#Autres pays : Afin de faire face aux difficultés liées au Covid-19, des jeunes se sont organisés en tontine, cette microfinance traditionnelle, où chaque membre cotise la même somme mensuelle et la cagnotte est versée à l'un d'eux. Ici, la particularité est le nombre de participants qui atteint un millier.

Pour ce mois de novembre 2021, Biba Boureima est la 8e bénéficiaire de l'initiative. A l'occasion de son mariage très prochainement, elle reçoit la somme de 4.050.000 fcfa et une voiture dont la valeur est estimée à près de 3 millions de fcfa. La bénéficiaire ne cache pas sa joie. 

«Je ne sais pas comment décrire ma joie, tellement je suis heureuse. Je ne regrette pas d'avoir participé à l’initiative. Ce que je viens de gagner me permettra de me lancer dans une activité. Je vais bientôt me marier, et je poursuivrais les cotisations régulièrement pour les prochains bénéficiaires. Je souhaite bon vent à notre organisation», se réjouit Biba. 

Tout commence en août 2021. Face à une économie impactée par le Covid-19, des jeunes Niaméens décident de s’unir et de se soutenir mutuellement. C’est là que vient l’idée de créer une tontine. Une sorte d'entraide qui constitue  pour eux une forme de riposte contre les difficultés économiques engendrées par la pandémie partout dans le monde. Il y a plusieurs groupements qui, agrégés, forment la tontine. 


«Nous avons donc décidé de prendre cette initiative pour aider les frères et les sœurs à mobiliser un peu d’argent pour investir ou réaliser d’autres activités personnelles», explique Marou Hamani, vice-président de cette organisation immatriculée officiellement auprès des autorités compétentes. 

Partie d'un nombre restreint, cette tontine compte aujourd'hui près de 1000 membres, tous des jeunes hommes et femmes célibataires ou mariés. Plusieurs raisons expliquent cette adhésion massive à l'initiative.

>>> LIRE AUSSI: Vidéo. Niger: la police sensibilise les jeunes sur les dangers de la consommation de la chicha

«Ce sont les qualités de l'initiateur de cette organisation qui m'ont poussée à rejoindre le groupement. Individuellement, je ne vois pas comment je peux épargner cette somme, donc j'ai saisis l'opportunité et suis confiante», affirme Touré Halimatou, membre de la tontine.

Pour sa part, Issoufou, également participant à travers l'un des groupements qui la constitue, estime que «c'est une très belle initiative. Elle nous aide en tant que jeunes à lutter contre la pauvreté. Je suis commerçant, et gagner 4 millions plus une voiture est vraiment un coup de main pour moi et pour le renforcement de mes activités. Je n’ai pas encore bénéficié, mais je continue quand même à cotiser en gardant l'espoir d'en bénéficier à l’avenir».

Les cotisations se font deux fois par mois. Et chaque membre doit s’acquitter de la somme de 7.500 fcfa par rencontre, soit 15.000 fcfa par mois. Seuls les membres réguliers dans les versements sont appelés à bénéficier des cotisations globales. Le non respect des obligations par un membre ayant déjà bénéficié des cotisations est passible de poursuite judicaire, pour les besoins du recouvrement.

>>> LIRE AUSSI: Vidéo. Niger: florilège de compagnies de transfert d'argent

«Nous devons gérer plus de 400 personnes. C’est difficile mais avec l’aide de Dieu nous arrivons à nous en sortir. Pour créer un groupement, il faut se rendre chez les autorités et obtenir les autorisations nécessaires. Nous avons des règlements et quand vous décidez d’adhérer, vous devez les respecter. Nous avons eu des cas où des gens ont bénéficié des cotisations et ont refusé de poursuivre la tontine. Malheureusement pour eux, nous les avons poursuivis et ils ont remboursé», explique Marou Hamani, vice-président de l’organisation.

Après quatre mois d’existence, cette initiative continue d'accueillir des jeunes. L’intégration se fait par inscription au niveau du secrétariat exécutif de la structure. Les nouveaux adhérents ne peuvent bénéficier des versements qu’après trois mois de cotisations régulières.
 
Le 20/11/2021 Par notre correspondant à Niamey-Aboubacar Sarki