Vidéo. Mauritanie: l'ex-sénateur Youssouf Tijany Sylla fustige les manœuvres du Polisario

Le360 / Amadou Seck et Mamoudou Kane
Le 08/11/2020 à 13h35, mis à jour le 09/11/2020 à 17h04

VidéoL'ex-sénateur mauritanien, Youssouf Tijany Sylla, pour qui il n'y a pas de place à la création de micro-Etats dans la région, estime qu'il s'agit d'un différend entre le Maroc et l'Algérie au sujet du Sahara marocain. Selon lui, il faut s'atteler à la construction du grand Maghreb.

Le trafic des camions gros porteurs venant du Maroc, qui approvisionnent le marché mauritanien en fruits et légumes, ainsi qu’une bonne partie de l’espace de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), est à l’arrêt depuis quelques semaines.

Le poste de Guerguerate (55 kilomètres au Nord de Nouadhibou et à 500 kilomètres de Nouakchott) est fermé à la circulation suite aux manœuvres et provocations des séparatistes du front Polisario.

Tomates, carottes, choux, poivrons, oignons, citrons, pommes, bananes… Les prix des fruits et légumes ont pris l’ascenseur, avec une multiplication par 5 et même par 10, dans certains cas, pour les rares denrées encore disponibles au marché «marocain» de Nouakchott.

Youssouf Tijany Sylla, célèbre homme politique mauritanien, sénateur, membre de la défunte haute chambre du parlement, supprimée par le référendum du 05 août 2017, qui a également changé le drapeau et l’hymne nationale, mais qu’il invalide, le qualifiant «illégal» car organisé en violation des dispositions constitutionnelles, condamne l’attitude du mouvement séparatiste.

Attribuant cette agitation à des querelles de leadership entre le Maroc et l’Algérie, Sylla exprime son opposition farouche à toute idée de balkanisation du Maghreb et de l’Afrique, car cela représente un véritable frein au développement.

Le Maghreb et la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’ouest (Cédéao) doivent s’unir et aller vers plus d’intégration pour un marché plus vaste sur le chemin de l’unité économique du continent africain. Cet homme qui est un condensé de la diversité de la Mauritanie, avec des attaches dans la vallée du fleuve, à l'Est et au Centre, appelle le Polisario à cesser ses actes de provocation et à respecter la souveraineté de la Mauritanie, en lieu et place du discours qui prétend dicter à Nouakchott sa conduite.

Il rappelle la neutralité de la Mauritanie dans le différend entre le Maroc et le mouvement séparatiste, qui signale son existence généralement à la veille des réunions de l’ONU consacrée au conflit, ainsi que la position de la communauté internationale, attachée au principe de la libre circulation des personnes et des biens. Toujours selon ce dernier, «La première crise concerne les exportations de poissons à destination de l’Europe, et la seconde les importations des boîtes en plastique, gaz de régénération et de cartons» .

Par Amadou Seck (Nouakchott, correspondance)
Le 08/11/2020 à 13h35, mis à jour le 09/11/2020 à 17h04