Fermer

Coup d'état en Guinée: une mission de la CEDEAO est arrivée à Conakry

Mise à jour le 10/09/2021 à 13h13 Publié le 10/09/2021 à 12h57 Par Le360 Afrique - Afp

#Politique
Shirley Ayorkor Botchwey et Jean-Claude Kassi Brou

Shirley Ayorkor Botchwey, ministre ghanéenne des Affaires étrangères, et Jean-Claude Kassi Brou, président de la commission de la Cédéao.

© Copyright : DR

#Guinée : La mission diplomatique dépêchée en Guinée par la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) à la suite du putsch du 5 septembre est arrivée vendredi à Conakry, ont constaté des correspondants de l'AFP.

La délégation, composée des ministres des Affaires étrangères de quatre pays et du président de la commission de la Cédéao, Jean-Claude Kassi Brou, est arrivée à bord d'un avion de la république du Ghana, qui assure la présidence tournante de l'organisation régionale.

Son arrivée a coïncidé avec l'annonce par l'Union africaine (UA) de la suspension de la Guinée de ses rangs.

La ministre ghanéenne Shirley Ayorkor Botchwey est accompagnée, outre le président de la Commission, par ses homologues nigérian Geoffrey Onyeama, burkinabè Alpha Barry et togolais Robert Dussey.

>>> LIRE AUSSI: CEDEAO: les dirigeants ouest-africains suspendent la Guinée de leur organisation après le putsch

La Cédéao réunie en sommet virtuel mercredi avait annoncé la suspension de la Guinée de toutes ses instances de décision et l'envoi d'une "mission de haut niveau" avant d'arrêter une nouvelle position.

Aucune sanction économique n'a pour l'heure été évoquée. Les dirigeants ouest-africains ont "exigé le respect de l'intégrité physique du président Alpha Condé", déposé par les putschistes dimanche, sa "libération immédiate", ainsi que "le retour immédiat à l'ordre constitutionnel".

>>> LIRE AUSSI: Guinée: Sommet extraordinaire de la Cédéao ce jeudi, les putschistes ont déjà anticipé

Les forces spéciales guinéennes conduites par leur chef, le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, ont annoncé avoir arrêté le chef de l'Etat et pris le pouvoir pour mettre fin à "la gabegie financière, la pauvreté et la corruption endémique" ainsi que "le piétinement des droits des citoyens".

Les militaires ont dissous le gouvernement et les institutions et aboli la Constitution qu'avait fait adopter M. Condé en 2020 en invoquant ce changement de loi fondamentale pour se représenter après deux mandats, malgré des mois de contestation réprimée dans le sang.
Le 10/09/2021 Par Le360 Afrique - Afp