Fermer

Vidéo. Mauritanie: accaparement des terres agricoles de Feralla, populations et ONG dénoncent

Mise à jour le 22/03/2021 à 13h26 Publié le 22/03/2021 à 13h24 Par De notre correspondant à Nouakchott Amadou Seck

#Politique
Mauritanie: accaparement des terres agricoles de Feralla, populations et ONG dénoncent
© Copyright : Le360 Afrique/Seck

#Mauritanie : Les populations du village de Feralla (région du Brakna, Sud de la Mauritanie) refusent l'accaparement de leurs terres et toute idée d’aménagement de la cuvette dite de «Koylal» financée par la Banque mondiale. Une position affirmée au cours d’un point de presse organisé ce week-end.

Les populations du village de Feralla (région du Brakna, dans la circonscription de MBagne/Sud de la Mauritanie) continuent à refuser toute idée d’aménagement de la cuvette dite de «Koylal» dans le cadre du Projet régional d’appui pour l’irrigation au Sahel (PARIIS), financé par la Banque mondiale (BM). Une position affirmée au cours d’un point de presse organisé ce week-end.

Cherif Bâ, notable du village de Feralla, remonte aux origines du conflit, la crise politique et sécuritaire de la période 1989/1991, sous le régime d’exception du colonel Maaouya ould Sid’Ahmed Taya, dont les conséquences n’ont pas été réglées.

Ainsi, une partie de la cuvette a été donnée aux anciens rapatriés du Sénégal, qui ne l’ont exploité que pendant trois années. Il rappelle la manifestation du 22 février 2021, dont l’objectif est de réaffirmer «les droits inaliénables» des populations sur ces terres, et exprime l’espoir que la mission de terrain effectuée récemment par la Banque mondiale permette de trouver un terrain d’entente, une solution, loin de toute idée d’expropriation, en préservant les intérêts des communautés.

>>> LIRE AUSSI: Mauritanie: une nouvelle affaire d’accaparement des terres dans la vallée du fleuve Sénégal suscite des tensions

L’institution financière qui a envoyé une mission sur place, a rappelé son «attachement aux droits des communautés et à la préservation de l’environnement» dans une déclaration publiée fin février.


Sarr Mamadou, président du Forum national des organisations de droits humains (FONADH), un collectif d’une vingtaine d’ONG, appelle «à la mobilisation et à la sensibilisation des populations pour défendre leurs droits». Il évoque l’idée «d’une coalition dans les régions du Trarza, du Brakna et du Gorgol» en vue de préserver les droits des communautés sur leurs terres et éviter les opérations d’accaparement du foncier rural au détriment de la sécurité alimentaire.

Le président du FONADH rappelle que la terre est l’unique richesse de ces communautés, mais n’exclue pas l’idée d’un aménagement et d’une mise en valeur dans le cadre d’une démarche concertée et associative.

La cuvette de Feralla est d’une superficie estimée à 25 hectares.
Le 22/03/2021 Par De notre correspondant à Nouakchott Amadou Seck