Fermer

En Afrique, le changement climatique aggrave dangereusement les déplacements forcés

Publié le 28/05/2022 à 10h39 Par Le360 Afrique - Afp

#Société
changement climatique
© Copyright : DR

#Sénégal : À l'occasion d'un double sommet extraordinaire vendredi et samedi en Guinée équatoriale, l'Union africaine (UA) tente, avec l'ONU et d'autres acteurs, de prévenir l'aggravation des crises humanitaires sur le continent, alimentées notamment par les changements climatiques et le djihadisme.


Le diplomate congolais Raouf Mazou, Haut commissaire assistant de l'agence onusienne pour les réfugiés (HCR), assure, depuis Malabo, que les catastrophes liées au climat ont considérablement aggravé ces dernières années des déplacements de populations pourtant déjà massifs dus aux violences et conflits. Et risquent d'attiser ces conflits dans une sorte de cycle infernal.

Q: Le changement climatique peut-il rapidement aggraver les déplacements forcés de populations en Afrique ?

R: L'Afrique connaît actuellement à la fois des catastrophes naturelles et des conflits qui provoquent des déplacements d'une ampleur sans précédent.

>>> LIRE AUSSI: COP26: peu de promesses de financement pour les pays africains durement affectés par le changement climatique

En 2021, selon un rapport de l'Observatoire des situations de déplacement interne (IDMC), 22,3 millions de personnes ont été déplacées à l'intérieur de leur pays à cause des catastrophes liées au climat, dans le monde, contre 14,4 millions déracinées par les conflits et la violence.

Les inondations et les sécheresses sont de plus en plus fréquentes et intenses et touchent gravement des pays comme l'Éthiopie, le Kenya, la Somalie et le Soudan du Sud. Les catastrophes liées au changement climatique risquent non seulement d'aggraver la pauvreté, la faim et l'accès aux ressources naturelles telles que l'eau, mais aussi d'accroître l'instabilité et la violence.

C'est ce qui se passe actuellement dans la région de l'Extrême-Nord du Cameroun, où des éleveurs, des pêcheurs et des agriculteurs sont entrés en conflit pour l'accès aux rares ressources en eau, contraignant au moins 100.000 personnes à se déplacer à l'intérieur du Cameroun ou à fuir vers les pays voisins.

Des cyclones se sont abattus sur le Mozambique, tandis que la violence et les troubles croissants dans le nord ont déplacé des centaines de milliers de personnes.

Le Sahel est en première ligne de la crise climatique, avec des températures qui augmentent 1,5 fois plus vite que la moyenne mondiale. Cela ne fait qu'aggraver les conflits pour des ressources limitées, rendant la vie encore plus difficile pour ceux qui ont été forcés de fuir leur foyer.

Malheureusement, bon nombre des pays les plus exposés aux effets du changement climatique accueillent déjà un grand nombre de réfugiés et de déplacés internes.

Si l'on n'investit pas davantage pour atténuer les besoins futurs en matière de protection et prévenir de nouvelles vagues de déplacement dues au changement climatique, la situation ne fera qu'empirer.

Q: Quel est l’impact de la guerre en Ukraine sur la sécurité alimentaire en Afrique, quels pays sont les plus en danger ?


Partout en Afrique, la hausse des prix et la diminution de l'aide alimentaire provoquées par la guerre en Ukraine vont aggraver la vulnérabilité des réfugiés et des autres populations déplacées de force, et accroître les risques de tensions intercommunautaires.

Les coûts des denrées alimentaires, du carburant et des engrais sont montés en flèche et la baisse du pouvoir d'achat touche plus durement les ménages les plus vulnérables, donc les réfugiés et déplacés. Des millions de familles déracinées à travers l'Afrique risquent de souffrir davantage de la faim, car les rations alimentaires diminuent en raison d'un financement humanitaire insuffisant.

Nous le constatons déjà avec de nouvelles réductions de l'aide alimentaire aux réfugiés au Mozambique et en Zambie. Les rations seront également réduites pour les réfugiés au Soudan le mois prochain, entre autres pays.

>>> LIRE AUSSI: Electricité et changement climatique: l'Afrique face à un dilemme climatique

L'impact de la guerre en Ukraine sur le coût et la disponibilité des denrées alimentaires dans le monde entier souligne également l'importance de tirer parti de la vaste quantité de terres fertiles disponibles en Afrique pour mettre fin à une dépendance inutile vis-à-vis des importations.

Q: L’expansion de la menace jihadiste en Afrique peut-elle gravement accélérer le flux de déplacements forcés ?


La présence de groupes armés non étatiques dans certaines parties du continent est inquiétante.

La région du Sahel est confrontée à l'une des crises de déplacement les plus rapides au monde en raison de la corrélation entre l'instabilité politique, la violence généralisée, les pénuries alimentaires et la crise climatique.

La zone compte 2,86 millions de personnes déplacées internes, soit dix fois plus qu'il y a dix ans. Dans le Sahel central, près de 75% se trouvent au Tchad et au Niger.

Rien qu'au Burkina Faso, le nombre de déplacés internes a atteint plus de 1,85 million en avril 2022, les groupes armés ayant mené des attaques meurtrières.

Le 28/05/2022 Par Le360 Afrique - Afp