CAN 2023: la Côte d’Ivoire en demi-finale en battant le Mali à la dernière seconde (2-1, a.p.)

Les Eléphants de Côte d'Ivoire.
Le 03/02/2024 à 20h16

Nouveau miracle pour la Côte d’Ivoire qui a battu le Mali à dix contre onze et à dernière minute de la prolongation (2-1, a.p.), samedi à Bouaké, et se qualifie pour les demi-finales de la Coupe d’Afrique contre la RD Congo.

Dominée par le Mali, réduite à dix, menée, la Côte d’Ivoire a encore une fois forcé son destin (2-1 a.p.) à la dernière minute de la prolongation, samedi à Bouaké, pour se qualifier pour la demi-finale de la CAN contre la RD Congo.

Et Oumar Diakité a fait exploser le stade de la Paix (120+1), tout d’orange paré: sa talonnade sur une frappe de Seko Fofana a abattu les «Aigles» du Mali, qui n’ont pas profité de leur supériorité technique. C’est le mental qui a gagné.

Le cuir des «Éléphants» semble inattaquable. Ils avaient déjà égalisé à la 90e minute par Simon Adingra, alors qu’ils jouaient à dix depuis la 44e minute et le second carton jaune pour Odilon Kossounou, fautif sur Lassine Sinayoko qui filait vers le but.

Sur son premier avertissement, le défenseur de Leverkusen a coûté un penalty, mais Yahia Fofana a arrêté le tir d’Adama Noss Traoré (17), un premier signe fort du mental des Ivoiriens.

La frappe pleine lucarne de Nene Dorgeles (71) aurait pu les décourager, mais ils se sont rués en attaque, même à dix.

Les Éléphants ont déjà survécu à un premier tour complètement raté, avec la rouste 4-0 contre la Guinée Équatoriale, à deux jours sans savoir s’ils étaient qualifiés parmi les meilleurs troisièmes, et à une séance de tirs au but contre le tenant du titre sénégalais (1-1, 5 t.a.b. à 4), où ils avaient déjà égalisé dans les dernières minutes.

«Que des émotions»

Emerse Faé a donc 100% de réussite en tant que N.1 sur le banc: deux matches, deux qualifications, depuis qu’il a pris la succession de Jean-Louis Gasset, dont il était l’adjoint, après le camouflet équato-guinéen.

Le débutant de 40 ans n’est pas resté inactif, revenant sur ses choix initiaux, qui n’ont pas payé. Cette fois les «grognards» Serge Aurier, Max Gradel et Jean-Michaël Séri ont été décevants.

Séri perd la balle qui entraîne la faute de sur Lassine Sinayoko qui lui vaut un second jaune (44). Le défenseur central était déjà fautif sur le même joueur, auteur de trois buts à la CAN.

Aurier est sorti à la pause, rincé, et Wilfried Singo, son remplaçant, a amené du peps, n’hésitant jamais à monter pour faire oublier l’infériorité numérique.

L’entrée d’Adingra a aussi rapporté gros à Faé, en marquant après une frappe renvoyée de Seko Fofana, et celle de Sébastien Haller en pointe a pesé sur la défense malienne. Il a failli marquer, mais sa tête a heurté la transversale (96).

Et l’entrée d’Oumar Diakité a tout renversé. «Après ce genre de match, il n’y a pas vraiment de choses à expliquer, ce ne sont que des émotions», a raconté le héros du soir... exclu pour avoir enlevé son maillot.

«Ma joie était si grande que j’ai oublié que j’avais un carton jaune» a-t-il souri, «c’est une erreur de ma part, la demie je ne pourrais pas la jouer. Mais même si je ne suis pas là on pourra faire le taf.»

Les Maliens peuvent s’en vouloir, ils jouaient mieux, grâce à leur milieu plus technique, mais ils n’ont pas su résister au rush final.

Les «Éléphants» sont toujours la bête noire des «Aigles» en Coupe d’Afrique, ils s’étaient déjà imposés notamment en demi-finale en 2012 (1-0) et en 8e de finale en 2019 (1-0).

A propos d’histoire, la Côte d’Ivoire a déjà battu la RD Congo en demi-finale en 2015 (3-1) sur la route de sa deuxième Coupe d’Afrique. Encore un signe du destin pour les Éléphants en pleine réussite?

Par Le360 Afrique (avec AFP)
Le 03/02/2024 à 20h16