Fermer

Algérie: avec la plus forte pression fiscale africaine, Alger hausse encore ses impôts

Mise à jour le 11/11/2016 à 18h14 Publié le 11/11/2016 à 11h28 Par Mar Bassine

#Economie
station service algérie: l'une des plus fortes pression fiscale au monde en remet une couche

Avec la hausse des prix du carburant en vue, l'Algérien moyen risque de préférer le vélo à la voiture.

© Copyright : DR

#Algérie : L'Algérie prélève en moyenne 72,7% du revenu des entreprises, d'après le Forum économique mondial. Malheureusement, les nouvelles ne sont bonnes ni pour les investisseurs ni pour les consommateurs. Le couple Bouteflika-Sellal veut s'approprier le moindre centime des ménages. Ça va faire mal!


Kiosque Le360 Afrique. Décidément, les choses ne sont pas près de s’arranger pour les consommateurs algériens. Alors que l'Algérie figure parmi les pays ayant la plus forte pression fiscale dans le monde, elle ne trouve rien d’autre à faire qu'augmenter ses impôts pour juguler un déficit budgétaire abyssal de 14 milliards de dollars. Selon le Doing Business 2017, paru en octobre dernier, la pression fiscale moyenne y est de 65,60%. Alors qu’elle n’est que de 51,30% en Côte d’Ivoire, 49,3%  au Maroc, 45,10% au Sénégal. Selon le dernier Global Competitivenous qui classe 138 pays, l’Algérie est à la 135e position en matière de taux d’imposition des entreprises, dans le monde entier avec un taux de 72,7%, devant uniquement le Tadjikistan, la Bolivie et l’Argentine, rappelle Tout sur l'Algérie.

LIRE AUSSI: 
Algérie: le ciblage des subventions, une pilule dure à avaler
Algérie: les projets d'Alstom bloqués par les caisses vides de l'Etat


C’est dire que le pays pétrolier avait mieux à faire que de se lancer dans un exercice d’augmentation effrénée de ses prélèvements. Mais, devant la forte baisse des recettes pétrolières, le couple Bouteflika-Sellal n’a d’autre choix que réduire encore un peu plus le pouvoir d’achat de l’Algérien et, indirectement, la compétitivité des entreprises, de même que leur marché potentiel. 

En effet, le gouvernement d’Abdelmalek Sellal a pondu une loi de finances proposant des augmentations fiscales ainsi que des impôts et taxes de toutes sortes dans le cadre de la loi de finances. Ils sont passés comme une lettre à la poste auprès de l’Assemblée populaire nationale. Les députés en ont même ajouté une couche en augmentant  la taxe sur les recharges téléphoniques qui passe d’un taux de 5 à 7%.

LIRE AUSSI:
Algérie: les réserves de change fondent comme neige au soleil
Doing Business 2017: l’Algérie logée à la même enseigne que... la Somalie et le Sud Soudan


Les députés ne se sont donc pas limités aux nouveaux impôts et taxes, qui suffisaient à réduire considérablement le pouvoir d’achat. Car, à partir de janvier prochain, les automobilistes algériens auront à payer plus cher leur plein à la pompe.  Ainsi l’essence de mauvaise, qualité qualifiée de normale, subit une hausse de 14,1%. Les autres carburants connaissent également des variations de prix comparables entre 12,67% pour le super et 13% pour le sans plomb.

LIRE AUSSI:
Algérie: le déficit commercial dépasse les 15 milliards de dollars
Algérie. Loi de finances 2017: le gouvernement racle les fonds de tiroir


Le malheur de l’Algérois ou de l’Oranais ne s’arrêtent pas là. Sellal et son équipe veulent dégoter le moindre dinar dans la poche du consommateur. En effet, il y a une taxe sur "l’efficacité énergétique" que supportent les appareils électroménagers et qui varie entre 30 et 60% du prix d’achat. Tout y passe : le gaz, l’électricité et bien sûr le tabac. Il y en a même des prélèvement qui font sourire. Comme la taxe sur l’achat et la vente de meubles d’occasion et une autre concernant les véhicules d’occasion
Le 11/11/2016 Par Mar Bassine