Fermer

Maroc-Mauritanie. 2018: voici le riche bilan d’une année de relations bilatérales dynamiques

Mise à jour le 28/07/2019 à 14h40 Publié le 28/07/2019 à 14h37 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya

#Politique
Mohammed VI et Ould Abdel Aziz
© Copyright : DR

#Maroc : L’ambassade du Maroc en Mauritanie vient de dresser le bilan des relations entre les deux pays durant l'année 2018. Un bilan très riche, qui marque une rupture par rapport aux années précédentes. En voici les principaux faits marquants, à la veille de l’investiture du nouveau président.

Après plusieurs années de relations tumultueuses, et malgré des relations millénaires tissées par la géographie, l’histoire, le sang, la culture et la religion, 2018 est une année charnière, qui marque une rupture dans les relations entre la Mauritanie et le Maroc. 

De l’avis de nombreux analystes à Rabat et Nouakchott, en dépit de quelques petites brouilles et incompréhensions, les deux Etats ont toujours puisé dans leur relations séculaires pour donner aux rapports officiels un contenu diplomatique et économique épousant la réalité géopolitique. 

A ce titre, 2018 constitue pour nombre d’analystes politiques, diplomatiques et économiques une année particulière, celle d'un net réchauffement des relations entre les deux pays, et ce, à tous les niveaux.

Cette réalité a d'ailleurs été formalisée à travers un rapport d’activités de la représentation diplomatique du Maroc à Nouakchott.

Ce document dresse un bilan largement positif de cette année 2018, marquée par de nombreux échanges de visites et diverses formes de manifestations politiques, économiques, culturelles et académiques.


LIRE AUSSI: Maroc-Mauritanie: rien ne sera plus comme avant


Cet échange de bons procédés diplomatiques s’est également traduit par un soutien réciproque dans les instances internationales, à chaque que cela s’est avéré nécessaire.

Ce nouvel élan est parti de la désignation et de la présentation des lettres de créances des ambassadeurs accrédités dans les deux pays, qui ont ainsi pris la charge de représentations diplomatiques stratégiques. *

Il s’agit là d’une rupture notable, sachant que les deux pays voisins n’étaient jusqu'ici, plus représentés au plus haut niveau par des ambassadeurs, mais par des fonctionnaires d’un rang moindre, et ce, durant de longues années. Ces nominations d’ambassadeurs constituent un net facteur de rupture, qui a ensuite déclenché la dynamique vertueuse des relations entre ces deux pays qui partagent une frontière en commun. 

Ainsi, immédiatement après sa prise de fonctions, l’ambassadeur du Maroc à Nouakchott, Hamid Chabar, a entamé une série de rencontres avec de nombreux hauts responsables mauritaniens.


LIRE AUSSI: Mauritanie-Maroc: Nasser Bourita reçu par le président Mohamed ould Abdel Aziz


Ces concertations ont débuté par des entretiens avec le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Isselkou ould Ahmed Izidbih, le 23 mai 2018. Il y a eu, par la suite, une audience avec la ministre déléguée chargée des affaires maghrébines, africaines et des mauritaniens de l’extérieur, Khadijettou mint Fall M'Bareck.

Le temps de ces rencontres entre le diplomate marocain et les autorités mauritaniennes a eu pour point d'orgue une audience que lui a accordée le président Mohamed ould Abdel Aziz, le 20 juin 2018.

Cette rencontre a permis à l'ambassadeur de remettre au président mauritanien ses lettres de créances, accréditant ainsi le diplomate en sa qualité d’ambassadeur du roi Mohammed VI en République Islamique de Mauritanie.

Ces contacts préliminaires et ces audiences ont pu offrir à ce nouvel ambassadeur l’opportunité d’entretiens d’une grande utilité et à tous les niveaux, avec une quarantaine de hauts responsables mauritaniens (des membres du gouvernement, des conseillers à la présidence de la République, des opérateurs économiques, etc.).


LIRE AUSSI: Mauritanie-Maroc: Nouakchott nomme un nouvel ambassadeur à Rabat


Cette démarche inspirée lui a permis d’établir un constat: «l’existence d’une réelle volonté de redynamisation des relations entre le Maroc et la Mauritanie et de les hisser à un niveau dicté par le voisinage et la densité des relations humaines, sociales et culturelles, qui lient les deux pays», peut-on ainsi lire sur ce document bilan.

Echanges de visites, commémoration de la fête du trône, diplomatie économique et culturel, le spectre très large des actions accomplies en 2018 en donne un bilan hautement  positif.

Intense échanges de visites

Contacts suivis  et intenses échanges de visites ont rythmé les relations entre la Mauritanie et le Maroc en 2018.

Dans ce contexte de forte détente, Nouakchott a été la destination privilégiée de nombreux acteurs politiques, diplomatiques, techniques et ainsi que celle de nombre d'intellectuels marocains.

Amina Benkhadra, Directrice Général de l’Office National des Hydrocarbures du Maroc (ONHYM), conduisant une délégation mixte Maroc-Nigeria, a séjourné à Nouakchott du 7 au 10 mars 2018, dans le cadre d'une étude de faisabilité portant sur la création d’un immense projet de gazoduc reliant le Nigéria au royaume du Maroc.


LIRE AUSSI: Maroc-Mauritanie: une convention de partenariat dans les domaines des hydrocarbures et des mines


Le royaume du Maroc a également été représenté au 31e sommet de l’Union Africaine, organisé à Nouakchott du 30 juin au 2 juillet 2018, par une forte délégation, conduite par le ministre des Affaires et de la Coopération Internationale, Nasser Bourita, et comprenant le ministre délégué chargé de la coopération africaine, Mohcine Jazouli et la Secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Mounia Boucetta.

L’un des temps forts de ce ballet diplomatique marocain à Nouakchott a été l’audience accordée par le président Mohamed ould Abdel Aziz au chef de la diplomatie marocaine, le 2 novembre 2018. Cette rencontre a permis la remise au chef de l’Etat mauritanien d'un message du roi Mohammed VI.

A l'issue de cette importante visite, le ministre marocain des Affaires étrangères et de la coopération internationale a annoncé «une nouvelle dynamique dans les relations bilatérales, accompagnée de changements importants qui auront lieu à l’avenir, dans le cadre voulu et tracé par Sa Majesté le roi Mohammed VI et le président Mohamed ould Abdel Aziz».


LIRE AUSSI: Maroc-Mauritanie: le visa marocain désormais en 24 heures


Autre évènement marquant de la présence de hautes personnalités marocaines à Nouakchott au cours de l’année 2018: la visite du chef du gouvernement, Saâd Edine El Othmani et de Directeur général des études et de la documentation, Yassine Mansouri.

Ces deux personnalités ont représenté le royaume du Maroc à la Conférence des partenaires et bailleurs de fonds pour le financement de la première phase du Programme d’investissement prioritaire (PIP) du G5 Sahel, les 5 et 6 décembre 2018.

En plus de la Mauritanie, les autres pays membres de cette organisation sous-régionale dédiée à la lutte contre le terrorisme et la coordination des efforts de développement sont le Burkina Faso, le Mali, le Niger et le Tchad.

La participation à ce forum de Nouakchott a permis au chef du gouvernement marocain d’avoir des entretiens sur d’importants sujets touchant à la coopération bilatérale avec le Premier ministre mauritanien, Ahmed Salem ould Béchir.

Par ailleurs, il faut ajouter à la liste des visites la venue du ministre marocain de l’énergie des mines et du développement durable, Aziz Rabbah et de la Directrice Générale de l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM), Amina Benkhadra, pour prendre part à la 5e édition du salon des mines et du pétrole «Les Mauritanides», organisé en décembre 2018. Une participation qui a permis au ministre marocain d’avoir, avec son homologue mauritanien, des échanges portant sur les voies et moyens à même de renforcer la coopération bilatérale.


LIRE AUSSI: Maroc-Mauritanie: vers un renforcement de la coopération dans la formation


Ainsi, en marge du salon «Les Mauritanides 2018» le directeur général de la Société mauritanienne des hydrocarbures et du patrimoine minier (SMHPM), Fall Nguissaly, et la Directrice Générale de l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM), Amina Benkhadra, ont signé une convention «s’inscrivant dans le cadre du renforcement des relations de coopération dans le domaine des mines et des hydrocarbures. Celle-ci prévoit également un échange d’informations, d’expérience, la collaboration en matière de  formation, d’encadrement du personnel et l’accompagnement organisationnel des structures».

Toujours au chapitre de l’illustration des faits marquants dans les relations Mauritanie/Maroc en 2018, il y a eu aussi la visite à Nouakchott du directeur général de l’Office national de l’énergie électrique (ONEE), Abderahim El Hafidi, pour prendre part aux travaux de la 7e conférence du Comité maghrébin de l’électricité (COMELEC), organisée les 11 et 12 décembre 2018.

En marge de cette rencontre, la Fédération nationale de l’électricité, de l’électronique et des énergies renouvelables, affiliée au Conseil général des employeurs du Maroc (CGEM), a organisé une mission de partenariat dans la capitale mauritanienne du 9 au 13 décembre.

Une vingtaine d’entreprises marocaines, spécialisées en électricité, énergies renouvelables et efficacité énergétique ont participé à cette manifestation.


LIRE AUSSI: Vidéo. Maroc-Mauritanie. énergie: la Fenelec prospecte le marché mauritanien


Le Secrétaire d’Etat chargé des transports du Maroc, Najib Boulif, se trouvait quant à lui à Nouakchott le 13 décembre 2018, pour prendre part aux travaux de la 9e réunion du groupe des ministres des transports  de la Méditerranée occidentale (GTM 5+5).

Au cours des travaux de cette conférence, le ministre a affirmé «l’importance que le Maroc accorde au projet de liaison fixe entre l’Europe et l’Afrique, en tant que projet structurant visant à soutenir l’effort de développement collectif, encourageant la mobilité et le rapprochement entre les continents et les peuples».

Durant cette période, de nombreux responsables gouvernementaux mauritaniens se sont également rendus au Maroc pour diverses manifestations de la plus importance.

A ce titre, on peut relever la visite officielle à Rabat du ministre mauritanien des Affaires étrangères et de la coopération, Ismaël Cheikh Ahmed, les 20 et 21 septembre 2018.

C’était là  son premier voyage à l’étranger dans un cadre bilatéral. Ce déplacement a permis des entretiens approfondis avec le ministre marocain des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, le chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani, le président de la chambre des représentants, Habib El Malki, et le président de la Confédération Général des Entreprises du Maroc (CGEM), Salaheddine Mezouar.

Une délégation conduite par le ministre mauritanien de l’Intérieur et de la décentralisation, Ahmedou ould Abdallah, s’est par ailleurs rendue au Maroc pour participer à la Conférence internationale sur les migrations, tenue les 11 et 12 décembre 2018 à Marrakech, «en vue de l’adoption de la charte nationale pour une migration sûre et ordonnée».


LIRE AUSSI: Maroc-Mauritanie: pourquoi l’intox algérienne ne fermera pas la frontière


Une importante délégation de l’Association des Maires de Mauritanie (AMM), encadrée par le directeur général des Collectivités territoriales au ministère de l’Intérieur et de la décentralisation (MID), a participé aux travaux du 8e sommet «Africités», dont les assises se sont déroulées à Marrakech, du 21 au 24 novembre 2018.

Dans la navette des hauts responsables mauritaniens au Maroc, on peut également noter le voyage du président du Conseil Constitutionnel (à cette époque), maître Sghaire ould MBareck, pour prendre part à la réunion du bureau exécutif de l’Association des cours et conseils constitutionnels francophones (ACCCF), dont les travaux se sont déroulés du 27 au 30 octobre 2018.

Dans la foulée, le président du Conseil Constitutionnel de Mauritanie a participé aux travaux du Colloque international sur la gestion du contentieux électoral, du 30 octobre au 2 novembre 2018.

Pour sa part, le ministre mauritanien du Pétrole, de l’énergie et des mines, Mohamed ould Abdel Vetah, a séjourné à Marrakech du 1er au 4 octobre 2018, pour prendre part aux travaux de la 11e conférence arabe sur l’énergie.


LIRE AUSSI: Maroc-Mauritanie: un forum d'affaires à Nouakchott pour impulser les relations économiques


Tournant symbolique dans l’évolution qualitative des rapports entre la représentation diplomatique du Maroc et les différents segments de la société mauritanienne (autorités, classe politique et société civile), l’organisation particulièrement réussie, à Nouakchott, de la réception marquant la célébration du 19e anniversaire de la fête du trône, le 30 juillet 2018, est encore présente dans les esprits de tous. 

Diplomatie économique et culturelle, un nouveau fil rouge

Fait remarquable depuis la présentation des lettres de créances de l’ambassadeur Hamid Chabar, la diplomatie économique et culturelle sert de fil rouge au rapprochement entre la Mauritanie et le Maroc.

Ainsi, ce diplomate s’est rendu à Nouadhibou, capitale économique, grande cité portuaire et minière du Nord, les 23 et 24 juillet 2018.

Une visite au pas charge, du fait d’un agenda plein, ponctué par des rencontres et entretiens  avec le Wali (gouverneur), l’Administrateur, directeur de la Société nationale industrielle et minière (SNIM), le président de l’Autorité de la zone franche de Nouadhibou (ZFN) et le directeur du port Autonome de Nouadhibou (PAN), qui accueille plusieurs dizaines de millions de dollars d’investissements d’entreprises marocaines.


LIRE AUSSI: Mauritanie: l’ambassadeur marocain explore les voies de partenariats entre la SNIM et les entreprises marocaines


Par ailleurs, Nouakchott a abrité la première édition d’un forum d’affaires mauritano marocain, les 17 et 18 décembre 2018, sous l’impulsion de l’Union nationale du patronat de Mauritanie (UNPM) et du Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM).

Cette manifestation a été un moment fort dans la traduction des aspirations communes à la solidification du partenariat économique et de l’intégration.

Une orientation déclinée en chœur par le président de l’UNPM, Zine El Abidine ould Cheikh Ahmed, et le président de la CGEM, Salaheddine Mezouar. Ce forum a enregistré la participation de plusieurs dizaines d’entreprises privées des deux pays et a eu des résultats importants, notamment la signature d’une convention de partenariat entre la CGEM et l’UNPM, la signature de 12 contrats d’investissements dans plusieurs secteurs d’activités, notamment la pêche, l’agro alimentaire, le commerce, etc., ainsi que l’organisation d’une visite de la Zone Franche de Nouadhibou, le 18 décembre 2018.

Dans cette longue liste d’événements marquants de l’année 2018, Nouakchott a également abrité un colloque sur «les relations mauritano-marocaines: entre l’enracinement  historique et les défis de l’avenir» les 8 et 9 décembre.

Une rencontre organisée par le Centre maghrébin des études stratégiques (CMES), et animée par des chercheurs et des universitaires tant marocains que mauritaniens.


LIRE AUSSI: Maroc-Mauritanie: les experts des deux pays passent les relations au peigne fin


L’année 2018 a également été celle d’un nouvel élan dans les activités du Centre culturel marocain (CCM) de Nouakchott, qui a multiplié l’organisation de manifestations visant la promotion de la culture mauritanienne, et mettant en avant les apports mutuellement féconds dans tous les aspects de la vie des peuples du Maroc et de Mauritanie.

Autre volet important dans les relations, la mission diplomatique marocaine de Nouakchott a accordé une place de choix à la consolidation des liens avec les érudits et ouléma, incarnation de la dimension spirituelle dans la vie des peuples musulmans qui occupent l’espace de l’Afrique du Nord-Ouest.
Le 28/07/2019 Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya