Fermer

Algérie: crise de l’huile de table, détournement et parodies des réseaux sociaux

Mise à jour le 10/01/2022 à 13h38 Publié le 10/01/2022 à 13h37 Par Karim Zeidane

#Société
Pénurie d'huile
© Copyright : DR

#Algérie : La pénurie de l’huile de table est plus que réelle. Les bousculades qu’on croyait révolues sont de retour. Les pénuries et les décisions des dirigeants dont l'interdiction aux mineurs d'acheter de l'huile sont détournées et parodiées sur les réseaux sociaux.

Après les pénuries et les bousculades du mois de ramadan passé, l’huile de table se fait encore parler d’elle. Le produit est réellement introuvable sur certains rayons de commerçants et de supermarchés. Certains commerçants en gros n’ont pas hésité à afficher à l’entrée de leurs magasins des affiches informant la clientèle qu’il n’y a pas d’huile de table.

Et l’explication avancée par le premier ministre Aïmène Benabderrahmane est aussi alambiquée que la négation de toute pénurie par le ministre du Commerce Kamel Rezig. Selon Benabderrahmane, il s’agit d’un dysfonctionnement qui «résulte des procédures et formalités accomplies par certaines usines vers la fin de chaque année, telle que l’opération d’inventaire qui entraine une baisse du rythme de distribution». Une explication qui ne convainc personne surtout quand les autorités algériennes avancent que la production avait atteint plus de 2.000 tonnes/jour pour une demande s’élevant à seulement 1.600 tonnes/jour.

>>> LIRE AUSSI: Algérie: flambée des prix, la loi anti-spéculation entre en vigueur avec de lourdes peines contre les commerçants

Et cette difficulté du citoyen algérien à trouver de l’huile, malgré les assurances des autorités, n’est pas de nature à apaiser le début d’une nouvelle année, déjà marquée par la cherté des produits de large consommation. Les menaces des autorités et l’entrée en vigueur de la loi anti-spéculation avec de lourdes peines de prison (3 à 10 ans) et d’amendes (1 à 2 millions de dinars, soit 6.350 à 12.700 dollars) infligées aux commerçants n’y ont pas changé grand-chose.



Et aujourd’hui, en Algérie, acheter une bouteille d’huile est un véritable parcours de combattant. En atteste la bousculade à Alger devant un magasin pour se procurer de bidons d’huile de table. En clair, la pénurie est réelle et il n’y a que les autorités encore à refuser de la reconnaître en mettant l’accent sur la spéculation. Ce qui pousse les internautes à se demander «jusqu’à quand ce régime continuera-t-il à mentir et cacher la misère que subit le peuple?».

>>> LIRE AUSSI: Algérie: nouvelle scène de bousculade à cause de la pénurie d'huile, le sénat crée une commission d'enquête

Et la crise de l’huile de table est détournée et parodiée au niveau des réseaux sociaux où les internautes ne manquent pas d’imagination et de créativité pour dénoncer cette situation intenable. Si certains internautes préfèrent la parodie, d’autres affichent leur indignation et leur colère face à cette nouvelle pénurie de cette denrée de première nécessité et les mesures prises par les autorités pour y faire face.

Et parmi les mesures décriées et parodiées sur les réseaux sociaux figure celle du ministre du Commerce Kamel Rezig qui a décidé d’interdire la vente de l’huile aux mineurs algériens, en justifiant cette décision par la nécessité de lutter contre la spéculation et les achats massifs de l’huile de table. Il s’agit d’une première dans le monde suscitant des moqueries à l’échelle mondiale. A ce titre, un internaute a écrit que si «à l’étranger tu dois montrer ta carte d’identité pour acheter de l’alcool, en Algérie tu dois la monter pour acheter de l’huile».

>>> LIRE AUSSI: Algérie: interdiction de vendre de l'huile de table aux mineurs, une première mondiale

Dans ces conditions, certains internautes pensent que si la situation n’évolue pas rapidement, il sera tout simplement aussi difficile de se procurer d’un litre d’huile Fleurial qu’une bouteille de champagne.




>>> LIRE AUSSI: Algérie: interdiction de vendre de l'huile de table aux mineurs, une première mondiale

En colère contre cette mesure, un internaute, Sid Ali Dima Dima, n’a pas hésité à se photographier avec sa bouteille d’huile de table, comme un trophée, avec la mention: «je déclare, moi Sid Ali Dima Dima, que je suis adulte et que j’ai le droit d’acheter de l’huile de table».



D’autres internautes préfèrent ironiser en décrivant la démarche à suivre pour se procurer de l’huile de table. Ainsi, «Bliad Info» donne le mode d’emploi pour trouver une bouteille d’huile de table en Algérie. Parmi les conditions figurent, entre autres, l'obligation d'«avoir une excellente relation avec le vendeur», «surveiller en permanence 24h/24 l’arrivée du camion transportant l’huile de table», «convaincre le vendeur qu’on a vraiment besoin de l’huile»,…



Face à cette situation de pénurie, et afin d’éviter les bousculades pour se procurer de l’huile, les forces de l’ordre sont appelées à la rescousse pour aider à rationner la distribution de l’huile de table. 


Le 10/01/2022 Par Karim Zeidane