Economie

Ethiopian Airlines nargue la crise et la flambée du kérosène avec un bénéfice record de 937 millions de dollars

La première compagnie aérienne africaine confirme sa bonne santé financière et sa bonne gouvernance. En dépit d’une conjoncture sectorielle défavorable, elle a réalisé d’excellentes performances avec un bénéfice historique record. Trois facteurs ont contribué à cette performance.

Par Moussa Diop
Le 06/09/2022 à 15h07, mis à jour le 06/09/2022 à 15h12
Ethiopian Airlines
DR

Si plusieurs compagnies africaines et mondiales se débattent pour éviter la faillite et si certaines ne continuent à voler que grâce à la perfusion des leurs pouvoirs publics, Ethiopian Airlines, après avoir été l’une des rares compagnies aériennes au monde à enregistrer un résultat positif en 2020-2021, vient de confirmer sa bonne santé financière et la justesse des choix stratégiques de son management.

Ainsi, selon des données relatives à l’exercice fiscal 2021-2022, clôt le 30 juin 2022, distillées par Mamo Mihretu, directeur général d’Ethiopian Investment Holdings, et Mesfin Tasew, PDG d’Ethiopian Airlines, en poste depuis seulement 5 mois après la démission du charismatique PDG Tewolde GebreMariam, la compagnie a transporté au titre de l’exercice écoulé 6,9 millions de passagers sur son réseau international, en hausse de 36%. Le transport de fret continue de croître avec un volume de 7.700 tonnes transportées, soit une hausse de 59% comparativement à celui de l’exercice précédent. Ces réalisations et celles des autres activités du groupe ont permis de générer un chiffre d’affaires de 5 milliards de dollars. Ce volume est 26% supérieur à celui d’avant Covid-19 et a dépassé de 8% l’objectif fixé par la compagnie.

Mieux, malgré la flambée du cours du kérosène, Ethiopian Airlines a explosé son bénéfice net grâce à une bonne maîtrise des charges d’exploitation. Celui-ci a atteint 937 millions de dollars, en hausse de 90%, et ce, malgré la conjonction de facteurs défavorables: détérioration des perspectives économiques mondiales, forte augmentation du prix du kérosène, perturbations liées à la pandémie de Covid-19, manque de devises de certains partenaires…

En tout état de cause, ce résultat fait figurer la compagnie éthiopienne parmi les plus performantes au monde. Justifiant cette performance historique, Mamo Mihretu, directeur général d’Ethiopian Investment Holdings, explique qu’elle est surtout le résultat de «l’augmentation du transport international de passagers et une baisse de 74% des coûts d’exploitation».

Trois facteurs fondamentaux expliquent ces performances. D’abord, le succès de la compagnie repose avant tout sur une bonne gouvernance de la compagnie. Bien que détenue à 100% par l’Etat éthiopien via Ethiopian Investment Holdings, les dirigeants compétents et dévoués de la compagnie jouissent d’une autonomie qui leur permet de gérer la compagnie et de déployer leur stratégie de développement sans subir de contraintes.

Ensuite, le résultat enregistré cette année s’explique également par la forte augmentation du nombre de passagers transportés, en hausse de 34%. Enfin, l’explosion du bénéfice net se justifie surtout par la forte baisse des coûts d’exploitation et ce, malgré la flambée du prix du kérosène qui représente une part importante des charges d’un avion.

Pour l’avenir, la compagnie compte poursuivre sa diversification. «Nous voulons bâtir un groupe qui supporte toutes les activités liées à l’aérien», a expliqué Mesfin Tasew, le PDG qui a passé toute sa carrière au sein du groupe et qui connaît très bien la maison pour avoir été directeur des opérations pendant 11 ans. Dans cette optique, la compagnie entend s’affirmer davantage dans l’industrie aéronautique. A ce titre, elle compte ouvrir un centre de conversion des avions de passagers en appareils cargo afin de répondre à la demande mondiale en s’appuyant sur Israel Aerospace Industries.

Les deux partenaires s’engagent à construire la plus grande et la plus avancée des lignes de conversion des avions de passagers en appareils cargo d’Afrique. En outre, la compagnie a signé, en août 2021, un protocole d’accord avec Boeing visant à la positionner en tant que plaque tournante de l’aviation en Afrique, en s’appuyant sur quatre volets: développement industriel, formation avancée en aviation, partenariat éducatif et développement du leadership.

Via ce partenariat avec l’avionneur américain, Ethiopian Airlines vise à diversifier son offre dans la fabrication et le service après-vente des produits aéronautiques en montant en gamme. Dans ce domaine, il faut noter qu’Ethiopian fabrique déjà divers types de produits et composants rentrant dans la fabrication d’avion dont les harnais pour B737 et B777 pour Boeing. Le groupe fabrique de nombreux composants d’avions: diodes, commutateurs de train d’atterrissage, panneaux de relais…

Enfin, la compagnie compte ériger Ethiopian Aviation Academy en acteur de référence mondial en matière de formation aéronautique et couvrir toute la filière de transport aérien et de l’industrie aéronautique.

La compagnie Ethiopian dispose d’une flotte de 139 appareils et couvre un réseau dense de 125 destinations.

Par Moussa Diop
Le 06/09/2022 à 15h07, mis à jour le 06/09/2022 à 15h12