«Bye-bye China»: les professionnels de la logistique se tournent vers l’Afrique pour leurs affaires

AMDL logistique. (Photo d'illustration). DR
Le 09/02/2024 à 08h19

L’indice annuel de logistique des marchés émergents d’Agility révèle un optimisme croissant parmi les professionnels de la logistique envers les opportunités d’investissement en Afrique. Zoom sur les pays qui se positionnent comme des acteurs clés offrant des opportunités attractives en termes de logistique domestique et internationale, fondamentaux commerciaux et préparation numérique.

C’est le bon moment pour se lancer dans la logistique et les chaînes d’approvisionnement en Afrique! Du moins, c’est en substance ce que nous dit la 15ème édition de l’Indice annuel de logistique des marchés émergents d’Agility, leader mondial des services de la chaîne d’approvisionnement, de l’infrastructure et de l’innovation avec plus de 45.000 employés sur tous les continents. Pour étayer cette affirmation, l’opérateur et investisseur multi-entreprises spécialisé dans la croissance et l’expansion des entreprises a réalisé, dans le cadre de l’édition 2024 de l’Indice annuel de logistique des marchés émergents, une enquête d’opinion menée auprès de 830 responsables logistiques des 50 principaux marchés émergents du monde. Selon les remontées, près de 62% des professionnels de la logistique sondés à l’échelle mondiale déclarent que leurs entreprises prévoient d’investir davantage ou pour la première fois en Afrique. Autant dire que ce rapport met en évidence l’optimisme croissant des professionnels de la logistique en ce qui concerne les investissements en Afrique.

L’enquête souligne également l’importance croissante de la préparation numérique et la nécessité pour les entreprises de repenser leurs chaînes d’approvisionnement dans un contexte mondial en évolution rapide. Autant de tendances que devraient prendre en compte les entreprises opérant dans la logistique, le transport et la gestion de la chaîne d’approvisionnement en Afrique et envisager les opportunités qu’offre la croissance attendue du continent. Mieux. Les entreprises internationales réalisent que le moment est venu d’investir en Afrique, d’établir leurs marques et de développer la prochaine génération de talents africains afin de saisir la vague de croissance à venir. Cette tendance est soutenue par la perspective d’une croissance démographique massive en Afrique, avec une population qui devrait doubler d’ici 2050.

Cette vague d’optimisme est également partagée par Tarek Sultan, vice-président d’Agility, qui note qu’en «15 ans d’existence de l’indice, nous n’avons jamais été aussi optimistes à l’égard de l’Afrique». Et d’ajouter: «Les entreprises internationales réalisent que le moment est venu pour l’Afrique -elles doivent investir, établir leurs marques et développer la prochaine génération de talents africains si elles veulent profiter de la prochaine vague de croissance.»

Égypte, Maroc, Afrique du Sud, Kenya…

L’Égypte est le pays d’Afrique offrant les meilleures opportunités en termes de logistique domestique, pour le coup 13ème mondial dans cette catégorie, tandis que l’Afrique du Sud se classe en tête pour la logistique internationale (15ème mondial dans cette catégorie). Le Maroc (12ème mondial) se distingue avec les meilleurs fondamentaux commerciaux d’Afrique, et le Kenya (9ème mondial) est considéré comme le pays le plus à jour sur le plan numérique en Afrique. La Chine et l’Inde occupent les deux premières places du classement de l’indice des 50 pays, toutes catégories confondues. En Afrique, l’Égypte (20ème), le Maroc (22ème), l’Afrique du Sud (24ème) et le Kenya (25ème) sont les plus performants, suivis du Ghana (31ème), du Nigeria (36ème), de la Tunisie (37ème), de la Tanzanie (41ème), de l’Algérie (42ème), de l’Ouganda (43ème), de l’Éthiopie (45ème), du Mozambique (46ème), de l’Angola (47ème) et de la Libye (50ème).

L’Indice de logistique des marchés émergents d’Agility classe également les pays en fonction de leur compétitivité globale, en se basant sur leurs forces logistiques, leur climat des affaires et leur préparation numérique. Le constat sur ce volet est que les classements des économies africaines n’ont pas beaucoup changé par rapport à l’année précédente, mais les entreprises indiquent qu’elles anticipent une croissance massive de la population et une expansion des échanges stimulée par la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf).

Le transport de fret numérique en plein essor

L’Indice annuel de logistique des marchés émergents d’Agility mentionne également que plus de 63% des personnes interrogées prévoient de réorganiser leurs chaînes d’approvisionnement en répartissant la production sur plusieurs sites ou en la relocalisant sur les marchés intérieurs et dans les pays voisins. La Chine, premier producteur mondial, devrait être la plus touchée: 37,4% des professionnels de l’industrie déclarent qu’ils prévoient de relocaliser leur production ou leur approvisionnement hors de Chine ou de réduire leurs investissements dans ce pays.

En ce qui concerne les coûts d’expédition et de logistique, qui ont augmenté pendant la pandémie de la Covid-19, l’étude constate que ces coûts continuent d’augmenter, mais à un rythme plus lent. L’un des moyens que les expéditeurs comptent utiliser pour faire face à la situation est le recours accru au transport de fret numérique, qui passera de 37,8% aujourd’hui à 52% d’ici cinq ans.

Par Modeste Kouamé
Le 09/02/2024 à 08h19