Fermer

Covid-19: de plus en plus de pays africains sur les listes rouges européennes à cause du variant indien

Mise à jour le 28/06/2021 à 14h08 Publié le 28/06/2021 à 14h05 Par Moussa Diop

#Société
covid-19 variant indien
© Copyright : DR

#Maroc : Les contagions explosent dans de nombreux pays africains à cause des variants indiens («Delta» et «Delta plus»). L’OMS craint le pire pour le continent. Et, parallèlement, les frontières internationales se referment pour de nombreux pays du continent, désormais inscrits sur les listes rouges.

Les contagions au Covid-19 connaissent une flambée de contagions au niveau du continent africain, jusqu’à présent relativement très peu affecté par la pandémie du coronavirus. Les signes d’une vague plus contagieuse sont perceptibles dans de nombreux pays. Ainsi, lors de la journée du samedi 26 juin, ce sont 18.762 nouveaux cas qui ont été enregistrés en Afrique du Sud, l’épicentre de la pandémie au sein du continent.

Le même jour, ce sont 4.664 nouveaux cas qui ont été enregistrés en Tunisie, qui compte désormais un cumul de plus de 407.017 cas confirmés. Et de nombreux pays du continent enregistrent des records de contagions depuis le déclenchement de la pandémie dont le Rwanda, le Kenya, l’Erythrée, la RD Congo, l’Ouganda, la Namibie et la Zambie.

Et pris globalement, le continent a franchi la barre des 5,5 millions de cas de Covid-19 officiellement confirmés pour 141.526 décès.

>>> LIRE AUSSI: Covid-19: l'Afrique du Sud durcit les restrictions pour lutter contre le variant Delta

Ce qui inquiète le plus, c’est l’expansion des variants indiens («Delta» et «Delta plus») qui sont très présents dans les pays d’Afrique de l’Est (Kenya, Ouganda, Tanzanie, Maurice, Seychelles, Afrique du Sud,…). Or, selon l’OMS, le nouveau variant indien «Delta plus» est très dangereux, du fait qu’il touche plus d’organe que les autres souches et qu’il se transmet plus rapidement et de façon plus importante à l’entourage du malade que les autres souches du Covid-19. Ainsi, en Afrique du Sud où il ne représente que 10% des nouvelles contaminations pour le moment, on craint le pire lorsque les variants indiens supplanteront le variant sud-africain.

Outre l’effet des variants, le relâchement notable des gestes barrière et la faiblesse du nombre de personnes vaccinées expliquent grandement la hausse des contagions.

En tout cas, la situation est telle qu'en Afrique du Sud, la population pourtant très méfiante vis-à-vis des vaccins, manifeste désormais pour se faire vacciner.

>>> LIRE AUSSI: Covid-19: inquiétude en Afrique à cause du variant Delta, même chez les personnes déjà vaccinées

Et malheureusement, les vaccins sont loin d’être disponibles dans de nombreux pays du continent. Pis, ceux qui sont disponibles ne semblent pas vraiment être efficaces contre le variant indien, comme en atteste l’expansion des contagions aux Seychelles, pays ayant le plus vacciné au monde et qui fait face à une expansion des cas de Covid-19.

Conséquence de l’explosion des cas au niveau du continent, les frontières des autres continents se ferment à nouveau peu à peu. Au sein de l’Europe, la France avait donné le ton lors de la mise à jour de ses listes, le 17 juin dernier, en ajoutant à l’Afrique du Sud, les Seychelles et la Namibie sur sa liste rouge.

>>> LIRE AUSSI: Covid-19: voici l’évolution de la vaccination en Afrique

Outre la France, la Belgique aussi vient d’allonger sa liste de pays sur la liste rouge. Elle a ajouté, le 28 juin, la Tunisie sur la liste des pays les plus à risque en rapport avec la pandémie du Covid-19 et a appelé ses ressortissants à éviter de s’y rendre. Quant aux Tunisiens, ils ne seront admis en Belgique que sous certaines conditions avec l’obligation de se soumettre à une quarantaine.

Le Royaume-Uni aussi, qui fait face à une hausse des cas de Covid-19 à cause du variant Delta, a aussi allongé sa liste rouge de trois nouveaux pays: Ouganda, Seychelles et Tunisie. Cette liste compte actuellement 24 pays africains dont les ressortissants sont interdits d’entrée sur son sol. Il s’agit de l’Afrique du Sud, Angola, Botswana, Burundi, Cap Vert, RDC, Egypte, Erythrée, Eswatini, Ethiopie, Kenya, Lesotho, Malawi, Mozambique, Namibie, Ouganda, Rwanda, Seychelles, Somalie, Soudan, Tanzanie, Tunisie, Zambie et Zimbabwe. Ainsi, à partir du mercredi 30 juin à 3h00 GMT, aucun vol ne sera autorisé entre le Royaume-Uni et ces pays.

>>> LIRE AUSSI: Covid-19: où en est la production de vaccins au niveau du continent africain?

A cela il faut ajouter, qu’au niveau européen, une Assurance Voyage Covid est exigée aux ressortissants d’une vingtaine de pays dont 4 africains : Algérie, Egypte, Seychelles et Tunisie. Celle-ci garantit la couverture d’éventuels frais sur place liés à la pandémie (quarantaine dans un hôtel, rapatriement sanitaire,…).

En Amérique Latine, malgré qu’elle soit parmi les pays les plus affectés de sa région, l’Argentine a fermé son ciel à plusieurs pays africains contraignant Ethiopîan Airlines, la seule compagnie africaine à relier ce pays au continent africain à sortir momentanément de ce marché. 
Le 28/06/2021 Par Moussa Diop

à lire aussi