Ecotourisme: voici les 6 pays africains à visiter cet été

Des touristes au parc national de Chobe, l'une des principales destinations pour un safari au Botswana.
Le 13/08/2023 à 18h09

Le Botswana, la Gambie, la Tanzanie, les Seychelles, le Cap-Vert, et l’Ile Maurice font partie des 50 destinations mondiales de choix en termes d’écotourisme, selon le magazine de voyage Big 7 Travel. Le360 Afrique vous transporte dans ces pays qui regorgent de trésors verts à explorer. Découvertes.

L’écotourisme est de plus en plus en vogue dans le monde. Une tendance qui s’est particulièrement développée durant le Covid-19. Après plusieurs mois de confinement, les touristes avaient à cœur de sortir pour communier avec la nature et découvrir les richesses culturelles d’ailleurs.

Un engouement confirmé par la plateforme d’hébergements touristiques Booking, dans son rapport Sustainable Travel Report 2022, le résultat d’une enquête de 14 pages réalisée en février 2022 auprès de 30.000 touristes âgés de plus de 18 ans dans 32 pays et territoires.

L’Afrique n’est pas en reste dans cette nouvelle offre touristique. Six pays africains figuraient sur la liste des 50 régions, pays ou villes à visiter en 2022, selon le magazine de voyage Big 7 Travel. Des destinations qui se sont engagées à protéger les ressources naturelles, les personnes et le patrimoine.

Il s’agit du Botswana (2ème), de la Gambie (3ème), de la Tanzanie (20ème), les Seychelles (26ème), le Cap-Vert (43ème) et de l’Ile Maurice (50ème). Découvrons ensemble ces beaux endroits où la nature n’est pas avare en air pur.

Botswana, faire du tourisme un diamant vert

Première destination, le Botswana. Dans ce pays d’Afrique australe très connu pour ses diamants, le tourisme durable est plus qu’un simple mot. Et les autorités ne lésinent pas sur les moyens pour attirer les amoureux de la nature.

Des safaris durables, composés de 240 camps et lodges ont été érigés par le gouvernement, en collaboration avec l’Office du tourisme, avec l’implication des communautés rurales. Des sites où les voyageurs peuvent observer les merveilles de la faune, particulièrement le «Big five» : éléphant, lion, buffle, rhinocéros, et léopard.

Mieux, d’après le magazine, des dizaines de tour-opérateurs safaris, investissent dans les villages locaux pour promouvoir l’efficacité énergétique.

L’un d’entre eux, Great Plains Safari, «utilise un système de batteries solaires Tesla pour alimenter le camp, et des bio-digesteurs pour transformer les épluchures de légumes en gaz de cuisson, tout en conservant près d’un million d’hectares de terres pour la faune africaine», précise-t-il.

Echappées vertes en Gambie

Quittons Gaborone (capitale du Botswana), pour déposer nos valises à Banjul, en Gambie. Depuis la pandémie de Covid-19, ce petit pays enclavé de 11.300 kilomètres carrés, s’étirant à l’intérieur du Sénégal, a développé plusieurs offres écotouristiques pour attirer les visiteurs.

L’un des principaux lieux à découvrir, c’est Tanji Bird Reserve, une grande réserve de 612 hectares, où se côtoient plus de 250 espèces d’oiseaux dont certains sont très rares, des tortues et des mangoustes.

Vous pourrez également faire un tour au Makasutu National Park (la forêt sacrée en dialecte local). Sa particularité: un écolodge alimenté par l’énergie solaire fournie par des panneaux photovoltaïques, et promeut la gestion écologique des déchets et de l’eau. Un site d’hébergement élu «meilleure gîte écologique au monde» par Sunday Times en 2003.

Et si vous souhaitez visualiser et découvrir le mode de vie des chimpanzés, faites un petit tour aux îles Baboon. Un véritable havre de paix pour ces singes protégés dans cet espace dans le cadre d’un projet mis en place depuis 1979.

Après la Gambie, cap sur l’Aéroport de Zanzibar, en Tanzanie. Un lieu touristique qui n’est plus à présenter. Mais à côté de ses belles stations balnéaires, ce pays d’Afrique de l’Est regorge aussi de trésors verts qui méritent d’être explorés.

Mafia Island, trésor vert de la Tanzanie

L’un des plus attirants, c’est l’Ile de Mafia (Mafia Island). Cette zone insulaire d’une superficie de 822 kilomètres carrés d’eaux protégées, située à une heure de vol de Dar es Salaam, abrite la plus grande aire marine protégées de l’océan indien, qui accueille différentes espèces de poissons, dont des requins-baleines

Les passionnés d’histoire y trouveront également leur compte. Ils pourront apprécier les vestiges d’anciens monuments engloutis dans la végétation, dans cet endroit qui fut une plaque tournante du commerce ancien entre l’Extrême-Orient et l’Afrique de l’Est. Depuis quelques années, le gouvernement investit dans le tourisme durable.

Les touristes peuvent séjourner dans des lodges écologiques implantées dans des réserves naturelles, alimentés par des panneaux solaires ou des installations éoliennes. Des hébergements construits en style africain et en matériaux naturels.

North Island, merveille des Seychelles

Ils pourront aussi faire des safaris dans les grands parcs nationaux, dont celui de Serengeti National Park, et y contempler le «big five», visiter le Chumbe Island Coral Park avec ses sept bungalows écologiques, ou observer le cratère de Ngorongoro avec ses 25.000 mammifères vivant sur 260 kilomètres carrés.

Non loin de là, aux Seychelles, une autre belle destination à explorer: North Island. «Qualifiée de « luxe aux pieds nus avec une conscience », North Island s’enorgueillit de ses plages d’un blanc lumineux, de ses palmiers tropicaux qui se balancent doucement et de ses eaux d’un turquoise absurde. Mais l’île ne se contente pas d’être belle : la conservation et la durabilité sont au cœur de ses préoccupations », explique le magazine.

Mieux, «des règles strictes s’appliquent aux plastiques à usage unique, la consommation d’eau et d’énergie est strictement contrôlée, et l’île embouteille même sa propre eau dans des bouteilles en verre réutilisables grâce à une station d’épuration», souligne la publication.

Cap-Vert, l’archipel aux dix îles

Partons maintenant au Cap-Vert, autre lieu de tourisme durable. Dans cet archipel de dix îles, niché au milieu de l’Océan Atlantique, le développement durable est érigé au rang de priorité, à travers notamment le Plan stratégique national de développement durable (2017-2021). L’objectif du pays est produire 50% de son énergie à partir des sources renouvelables en 2030.

Cette stratégie verte est perceptible dans son secteur touristique qui représente 25% de son PIB. A côté de ses stations balnéaires longeant plus de 1.000 kilomètres de côtes, ce pays situé à plus de 600 kilomètres au large du Sénégal, dispose de nombreux sites écotouristiques tels que les îles de Fogo et Maio, désignées réserves mondiales de biosphère par l’Unesco.

Le premier archipel dispose d’une faune protégée avec des espèces d’oiseaux, de reptiles comme les geckos et mabuyas rares, des tortues marines, etc. Le second abrite des colonies de tortues et une faune composé de cétacés, poissons, reptiles, et oiseaux. Des randonnées ainsi que des découvertes culinaires sont également proposées aux visiteurs de cet Etat de 4.033 kilomètres carrés abritant environ 6000.000 habitants.

L’Ile Maurice, quand le balnéaire se conjugue au label vert

Terminons notre périple à l’Ile Maurice. Longtemps considérée comme une destination balnéaire de choix par les passionnés de sable fin et de cocotiers, cet archipel d’Afrique de l’Est n’en est pas moins un îlot vert. Le programme « Maurice Ile Durable » (MID) mis en place par le gouvernement depuis quelques années a encouragé l’usage des énergies renouvelables dans de nombreux secteurs, dont le tourisme (près de 24% du PIB) et l’hôtellerie.

Pour preuve, les complexes hôteliers doivent respecter des normes sur l’utilisation de l’énergie solaire pour chauffer l’eau, la récupération de l’eau de pluie pour irriguer le jardin, le tri des déchets, l’utilisation des énergies renouvelables, etc. Ces établissements doivent aussi respecter les espèces rares et la biodiversité, ainsi qu’une utilisation raisonnable de la climatisation.

Le label «Mauritius Boutique Hotel» est également décerné aux établissements hôteliers qui sont écolos et respectent l’environnement.

Le parc de la Mauritian Wildlife Foundation où plusieurs circuits tenus par des communautés locales sont proposés, ainsi que des écolodges comme Les Lodges de «Kestrel Valley», «La Route du Thé», «La Vieille Cheminée , ou encore «Lakaz Chamarel», sont autant de lieux à découvrir.

Par Elimane Sembène
Le 13/08/2023 à 18h09