Côte d’Ivoire. Congrès constitutif du RHDP: Soro Guillaume, une absence qui en dit long

DR
Le 26/01/2019 à 10h54, mis à jour le 26/01/2019 à 10h56

Soro Guillaume brillera par son absence au congrès constitutif du RHDP, prévu ce 26 janvier. Son excuse" ouvre la voie aux spéculations alors qu’il pourrait bientôt claquer la porte de la majorité pour se retrouver dans la posture d’opposant. Une perspective vraisemblablement inéluctable.

L’esquive politique de l’année ! Alors qu’il était très attendu sur sa décision de prendre part ou non au congrès constitutif du RHDP, qui se tiendra ce samedi 26 janvier, Soro Guillaume a fini par surprendre l’opinion nationale avec une esquive magistrale: il part en voyage à l’extérieur pour plusieurs semaines.

Une attitude bien surprenante pour celui qui a eu un ultime tête-à-tête avec le président ivoirien, Alassane Ouattara, qui attendait de le voir prendre part à ce rassemblement politique de grande envergure.

Ce choix peut paraître surprenant pour l’ex-patron de la rébellion qui porte en Côte d’Ivoire le surnom de «Tiény Gbanani, l’enfant terrible», en référence au personnage d’un roman de jeunesse intrépide, peu habitué à se dérober dans ses engagements politiques.

Nombre d’observateurs de la vie politique ivoirienne s’attendaient en effet voir le président du parlement claquer la porte de la coalition au pouvoir en se refusant explicitement à prendre part à ce rassemblement qui verra la présence de tout le gotha du pouvoir ivoirien, avec à sa tête Alassane Ouattara.

Pour le pouvoir ivoirien, il s’agit bien d’un congrès de «clarification» - «une liste de présence» sera tenu à l’entrée du lieu du congrès avaient indiqué certains politiques -devant permettre aux acteurs politiques de premier ordre (présidents d’institutions, ministres, directeurs généraux d’administration, élus, etc.) de se déterminer par rapport au nouveau parti politique, le RHDP, à constituer.

Le fait est que le contexte de ces dernières semaines avait fini par convaincre du départ de Soro de la majorité. Le président du parlement s’était montré très critique envers le régime, dont des proches l’ont appelé à «rendre le tabouret» du parlement pour son attitude distante envers le RHDP.

Soro serait mécontent de l’incarcération des députés Ehouo Jacques et Alain Lobognon, ce dernier étant son proche collaborateur. Et il faut également noter son rapprochement avec Henri Konan Bédié qui a été très mal perçu au sommet de l’Etat et l’appel pressant de ses partisans qui annoncent la formation d’un parti politique et d’un groupe parlementaire.

Bientôt la démission ?

Toutefois, selon certains médias, le tête-à-tête Ouattara-Soro aura confirmé la prochaine rupture déjà au cœur des discussions dans les ménages ivoiriens.

Selon une information de la Lettre du continent datée de ce 25 janvier, Soro Guillaume a saisi l’occasion de cette rencontre pour faire part de sa volonté de démissionner de la présidence de l’assemblée nationale. Une information distillée depuis la fin de l’année et qui ferait de ce dernier un opposant de plus dans la course à la présidentielle de 2020. Un opposant de trop?

Par Georges Moihet (Abidjan, correspondance)
Le 26/01/2019 à 10h54, mis à jour le 26/01/2019 à 10h56