Economie

Crise en Ukraine: l’Afrique tirera-t-elle les enseignements nécessaires pour assurer sa sécurité alimentaire?

La crise en Ukraine a montré la vulnérable alimentaire de l'Afrique à cause de sa forte dépendance des importations, malgré ses potentialités agricoles. La Banque africaine de développement et certains Etats se penchent sur les voies devant offrir une plus grande sécurité alimentaire au continent.

Par Moussa Diop
Le 21/03/2022 à 10h54, mis à jour le 21/03/2022 à 10h55
blé
DR

S’il y a une leçon que le continent africain doit tirer de la crise Russie-Ukraine, c’est avant tout sa vulnérabilité alimentaire. La flambée des cours du baril de pétrole consécutive à cette crise et l’arrêt des exportations agricoles venant de la mer Noire, notamment le blé, le maïs et le soja, ont mis à nu la vulnérabilité du continent africain, trop dépendant des importations pour nourrir sa population de plus de 1,3 milliard de consommateurs. 

Ainsi, la flambée des cours des produits de première nécessité consécutive à la flambée des cours des produits agricoles sur le marché mondial et la hausse des cours du baril de pétrole et donc du fuel, augmentant le coût du fuel maritime, ont mis à rude épreuve les budgets des ménages et des Etats et font craindre des problèmes d’insécurité alimentaire au niveau du continent et ce, surtout que le continent est frappé de plein fouet par des sécheresses aiguës dans plusieurs régions. Il y a de quoi craindre des pénuries et famines dans ces conditions. En effet, les importations de blé représentent près de 90% des échanges entre l’Afrique et la Russie et le tiers du commerce entre l’Afrique et l’Ukraine.

Conséquence, les pays africains commencent à comprendre leur vulnérabilité alimentaire vis-à-vis des produits de première nécessité, notamment du blé sans lequel le pain quotidien n’est pas servi, mais aussi du riz, de l’huile,…

Du coup, après les mesures palliatives, comme les interdictions d’exportations des produits alimentaires prises par de nombreux pays africains -Egypte, Algérie, Tunisie, Côte d’Ivoire, Cameroun, Mali, Bénin,…- pour réduire les risques de pénuries de produits alimentaires, l’heure est à la réflexion pour des mesures plus concrètes à même d’assurer plus de sécurité alimentaire au continent.

Et à ce titre, la Banque africaine de développement (BAD), par le biais de son président, le Nigérian Akinwumi Adesina, a décidé de montrer la voie à suivre. «Nourrir l’Afrique» faisant partie des 5 priorités qu’il s’est fixé à la tête de l’institution panafricaine, à côté de «Eclairer l’Afrique», «Industrialiser l’Afrique», «Intégrer l’Afrique» et «Améliorer la qualité de vie des Africains», la BAD a décidé d’aider le continent à accroitre sa production de céréales et d’oléagineux pour réduire sa dépendance. Ainsi, l’institution financière africaine a annoncé la mise en place d’un fonds de 1 milliard de dollars destiné à contribuer à accroitre la production de blé, riz, soja et d’autres denrées de première nécessité en Afrique.

Ainsi, pour le blé, céréale pour laquelle l’Afrique dépend à hauteur de plus de 60% des importations, ce fonds vise à renforcer la formation des agriculteurs à des technologies résilientes face au changement climatique, favoriser un meilleur accès à des semences et à des variétés résistantes et pouvant supporter d’importantes hausses de températures, sachant qu’en dehors des pays d’Afrique du Nord, rares sont les pays d’Afrique subsaharienne qui possèdent des attribues biophysiques (sol et climat) nécessaires pour produire du blé. Selon le Département américain de l’agriculture (USDA), l’Afrique a produit 25,7 millions de tonnes de blé en 2020/2021, soit un volume inférieur à celui de l’Australie (33 millions de tonnes). L’Egypte, le Maroc et l’Ethiopie figurent parmi les principaux producteurs de blé du continent, les principaux importateurs de blé du continent étant l’Egypte (13 millions de tonnes), l’Algérie (7,7 millions de tonnes), le Nigeria (6,2 millions de tonnes), le Maroc (4,5 millions de tonnes), le Soudan (2,75 millions de tonnes),…

Au total, l’enveloppe du fonds de la BAD profitera à près de 40 millions d’exploitants agricoles africains et pourra ainsi booster la production de céréales, notamment le blé, le riz et le maïs, qui sont les plus consommées et importées par le continent africain.

Au-delà, depuis l’avènement de la crise actuelle, plusieurs pays africains avancent des idées tendant à mettre en place des stratégies à même de contribuer à mieux assurer leur sécurité alimentaire en réduisant leur dépendance des importations alimentaires.

C’est le cas de l’Ethiopîe, l’un des rares pays d’Afrique subsaharienne à produire du blé. Avec une production qui tourne autour de 5 millions de tonnes, le pays dont la consommation avoisine 7 millions de tonnes de blé, s’est engagé à atteindre l’autosuffisance pour cette céréale à partir de la campagne agricole 2022/2023. Le gouvernement éthiopien compte réduire sa dépendance vis-à-vis de cette céréale dont la consommation ne cesse d’augmenter avec le changement de mode de consommation du pays et a annoncé l’augmentation de la superficie dédiée à la culture du blé qui est actuellement de 1,8 million d’hectares, soit 400.000 hectares supplémentaires au titre de l’année agricole 2022/2023, avec l’objectif d’augmenter la production du pays de 1,6 million de tonnes et atteindre l’autosuffisance en blé.

L’Ethiopie n’est pas le seul pays à envisager une telle éventualité. Mais si elle a entamé sa politique de sécurisation alimentaire, notamment l’autosuffisance en blé, pour les autres pays, on reste dans le domaine des intentions. Le nationalisme alimentaire devrait pousser plusieurs pays du continent à se lancer dans des projets agricoles à même d’augmenter leur production agricole et donc à réduire sensiblement leur dépendance des importations alimentaires qui pèsent lourdement dans les budgets des Etats. Et pour cause, afin de se nourrir, l’Afrique importe 60% de ses besoins en blé, 40% en riz, environ 50% de ses besoins en huiles,…

Une chose est sure, cette crise doit aider les décideurs africains à ouvrir les yeux en comprenant une fois pour toute que point de développement de l’Afrique sans celui de son secteur agricole. Or, si les potentialités agricoles du continent sont phénoménales, l’Afrique dépend des autres continents pour se nourrir.

Pourtant, avec 60% des terres arables non exploitées de la planète se trouvant en Afrique et traversée par de nombreux cours d’eau dont certains figurent parmi les fleuves les plus importants au monde et traversant plusieurs pays -Nil (6.895km), Niger (4.184 km), Congo (4.700km), Zambèze (2.693 km), Obangui-Uela (2.270 km), Kasaï (2.153 km), Limpopo (1.750 km), Okavango (1.700 km), Jubba-Chébéli (1.658 km), Sénégal (1.641 km),… Au total, 24 fleuves africains ont une longueur supérieure ou égale à 1.000 km.

En clair, les deux facteurs essentiels pour le développement agricole (terre arable et eau) sont disponibles en abondance en Afrique. A cela il faut ajouter que l’Afrique concentre presque 80% des réserves mondiales prouvées de phosphates pour produire de l’engrais nécessaire à la production agricole. A cela s’ajoute le fait que le continent dispose de nombreux centres de recherches agronomiques qui font d’excellents résultats et qui peuvent accompagner les politiques agricoles du continent.

A ce titre, des génotypes de blé à haut rendement, résistant au stress biotiques et abiotiques et possédant de bonnes qualité nutritionnelles, notamment une richesse en fer et en zinc, ont été développés et répertoriés par les programmes de sélection du Centre international de recherche agricole dans les zones arides (Icarda) et peuvent contribuer à développer la culture du blé en Afrique subsaharienne.

Pour le reste, les pays asiatiques ont clairement montré qu’on n’a pas besoin de technologies et de machines agricoles sophistiquées pour réaliser d’excellentes performances agricoles. La preuve, l’Afrique dépend grandement de cette région pour sa consommation en riz et huile de palme. Or, pour l’huile de palme, le Nigeria était le leader mondial au début des années 1970 avant que l’exploitation du pétrole ne transforme le pays en rentier, délaissant par la même occasion son potentiel agricole qu’il essaye aujourd’hui de retrouver.

Avec une population qui va doubler à l’horizon 2050, l’Afrique a besoin d’une véritable «révolution verte» pour assurer sa sécurité alimentaire. Celle-ci passera aussi par l’adaptation de la production au modèle de consommation dominant.

Par Moussa Diop
Le 21/03/2022 à 10h54, mis à jour le 21/03/2022 à 10h55

Bienvenue dans l’espace commentaire

Nous souhaitons un espace de débat, d’échange et de dialogue. Afin d'améliorer la qualité des échanges sous nos articles, ainsi que votre expérience de contribution, nous vous invitons à consulter nos règles d’utilisation.

Lire notre charte

VOS RÉACTIONS

0/800