Economie

Flambée des cours du pétrole: en Tunisie, les prix des carburants majorés pour la seconde fois en l’espace d’un mois

Le gouvernement tunisien vient de majorer les prix des carburants pour la seconde en l’espace d’un mois. Outre l'effet de la flambée des cours des hydrocarbures sur le marché international, ce réajustement des tarifs est une des exigences du FMI pour faire bénéficier la Tunisie d'un nouveau prêt.

Par Karim Zeidane
Le 02/03/2022 à 13h37, mis à jour le 02/03/2022 à 13h39
prix à la pompe
DR

Le ministère tunisien de l’Industrie et de l’Energie vient d’annoncer sa décision de majorer les prix des carburants. Une décision attendue face à la flambée des cours des hydrocarbures sur le marché mondial, notamment à cause de la crise Russie-Ukraine.

Ainsi, le prix du litre l’essence super sans plomb est en hausse de 110 millimes passe à 2,36 dinars. Celui de de l’essence sans plomb affiche une hausse de 65 millimes pour s’établir à 2,22 dinars tunisiens. Le gasoil sans souffre super a augmenté de 100 millimes pour atteindre 2,10 dinars le litre alors que le gasoil ordinaire a vu son tarif augmenter de 55 millimes pour atteindre 1,915 dinar le litre. Quant au gasoil normal, il affiche une augmentation de 50 millimes à 1,705 dinar.

A noter que les prix des bouteilles de GPL à usage domestique n’ont pas connu de changement. Idem pour le pétrole d’éclairage domestique dont le prix est resté inchangé.

Ces hausses des carburants interviennent au moment où les cours du pétrole flambent sur le marché mondial à cause particulièrement de la crise en Ukraine et de la politique des quotas de production de pétrole suivie par les pays de l’OPEP+. A ce titre, au 6e jour de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les cours du baril de pétrole de la mer du Nord ont franchi le seuil des 110 dollars pour s’établir à la mi-journée à 110,50 dollars.

Selon le ministère de l’Industrie, des Mines et de l’Energie, cette majoration entre dans le cadre du programme d’ajustement des prix des produits pétroliers approuvé pour le budget de l’Etat pour l’année 2022, rappelant que le prix du baril a atteint des niveaux record en dépassant les 100 dollars à la suite des évènements en Ukraine et des répercussions possibles sur la sécurité des approvisionnement énergétiques sur les marchés mondiaux.

Les carburants, qui sont subventionnés en Tunisie, coûtent très cher au budget de l’Etat. Selon le ministère, chaque hausse d’un dollar par baril entraîne des besoins de financement supplémentaire pour le système «Carburant, électricité et gaz» à hauteur de 140 millions de dinars tunisiens par an (près de 43 millions d'euros).

Rappelons que le 23 février dernier, la ministre de l’Industrie, des Mines et de l’Energie, Neila Nouira Gongi, avait évoqué cette nouvelle hausse après celle décidée le 1er février, en indiquant que «la Tunisie n’est pas à l’abri, dans un contexte de hausse des cours mondiaux du pétrole».

Avec ces deux hausses intervenues en l’espace d’un mois, les autorités tunisiennes affichent clairement leur volonté à réduire la facture de la subvention des hydrocarbures qui pèse lourdement sur le budget de l’Etat, surtout dans ce contexte actuel de la flambée des cours du baril de pétrole. Pour rappel, la Tunisie a construit son budget 2020 sur l’hypothèse d’un baril de pétrole à 75 dollars. Or, le cours du baril de Brent de la mer du Nord dépasse ce mercredi 2 février la barre des 110 dollar, soit 35 dollars de plus que celui de la base retenue par la loi de finances 2022.

A travers ces hausses, les autorités tunisiennes affichent aussi leurs engagements à réduire les subventions sur les hydrocarbures pour se conformer aux exigences du Fonds monétaire international (FMI). Parmi les exigences de l’institution de Breton-Woods pour accorder un nouveau prêt à la Tunisie figure, en effet, l’élimination progressive des subventions sur les produits énergétiques pour atteindre la vérité des prix à l’horizon 2026.

Ainsi, selon les projections des autorités, dans le cadre des mesures de réformes annoncées, les réajustements des prix à la pompe et des factures d’électricité devraient générer des économies estimées à hauteur de 1.450 millions de dinars, soit 447 millions d’euros.

L’activation du mécanisme d’ajustement des tarifs à la pompe se traduira inéluctablement par une hausse généralisée des prix de nombreux services (transport) et par ricochet de nombreux produits. Les autorités n'ont pas le choix cette fois-ci.

Par Karim Zeidane
Le 02/03/2022 à 13h37, mis à jour le 02/03/2022 à 13h39