Fermer

Algérie: en dépit de la hausse du cours du baril, des réformes sont nécessaires pour une économie plus résiliente

Mise à jour le 16/06/2021 à 16h29 Publié le 16/06/2021 à 16h17 Par Karim Zeidane

#Economie
Cours du baril du pétrole

Baril du pétrole

© Copyright : DR

#Algérie : La hausse des cours du baril de pétrole sera insuffisante pour sortir l'économie algérienne de sa léthargie. Réduire la dépendance vis-à-vis des hydrocarbures passera par de douloureuses réformes auxquelles le pays n'est pas préparé.

L’économie algérienne bénéficie actuellement de l’évolution favorable des cours du baril de pétrole. Fortement dépendante des hydrocarbures qui pèsent, selon les données de la Banque mondiale de 2019, 20% du PIB du pays, 41% des recettes fiscales et 94% des recettes d’exportation, elle espère renouer avec la croissance et réduire les déficits de certaines grandeurs macroéconomiques.

Ainsi, avec un baril qui a franchi les 73 dollars, l’optimisme démesuré est de retour. Pourtant, en début d’année, et malgré une évolution plus favorable du cours de l’or noir, la Banque mondiale avait souligné que, la situation économique ne devrait pas connaître une évolution très favorable. Et pour cause, avec le retard pris dans la campagne de vaccination, le pays pourrait maintenir des mesures de confinement avec un impact négatif sur la reprise économique du pays et inhiber par la même occasion le rythme de cette reprise tirée par la bonne orientation des cours des hydrocarbures.

>>> LIRE AUSSI: Une étude commandée par la Défense française souligne l’inexorable déclin du pétrole algérien

Il faut dire qu’en dépit de la hausse des cours du baril, l’Algérie est confrontée à une baisse structurelle de sa production, signe d’un déclin pétrolier confirmé récemment par le rapport du think tank Shift Project, commandité par le ministère français des Armées. Les auteurs soulignaient que la chute de la production de pétrole brut devrait poursuivre sa baisse pour s‘établir à 0,7 million de barils/jours en 2030 avant de s'effondrer jusqu'à 0,4 million de barils/jour en 2050. Ainsi, le pays ne pourrait pas bénéficier de l’effet volume.

L'Algérie a d'ailleurs été incapable d’atteindre le plafond de production de son quota OPEP en 2020. De plus, le pays fait face à une très forte hausse de la consommation intérieure pour faire tourner ses raffineries, ses usines et satisfaire les besoins domestiques. Presque la moitié de la production de Sonatrach est consommée sur place. Donc, quel que soit le cours du baril, les recettes des hydrocarbures ne devraient pas dépasser les 26 milliards de dollars.

>>> LIRE AUSSI: De futurs «nains pétroliers»? L’inexorable déclin des plus grands pays producteurs de pétrole d’Afrique

Outre le secteur des hydrocarbures, le secteur privé qui devrait prendre le relai est aujourd’hui plus que moribond. Les entreprises de ce secteur, jadis dominé par des oligarques proches de l’ancien régime d'Abdelaziz Bouteflika, sont quasiment à l’arrêt depuis l’emprisonnement des hommes d’affaires derrière ces entreprises dont Mahieddine Tahkout, Ali Haddad, les frères Kouninef…

En conséquence, les pertes d’emplois ont fortement augmenté, phénomène accéléré, il faut le reconnaître, par la pandémie du Covid-19 qui a particulièrement affecté certains secteurs. Par exemple, le BTP qui était déjà en pleine tourmente suite au gel de nombreux projets dans le cadre de la politique d’austérité ou encore les industries de montage (automobile, électroménager et électronique) quasiment à l'arrêt à cause des politiques industrielles des dirigeants politiques.

Parallèlement, le déficit budgétaire se creuse sous l’effet de la crise que traversent de nombreux secteurs d’activité et de la baisse des recettes des hydrocarbures qui représente, selon le niveau du cours du baril, entre 40 et 60% des recettes budgétaires. En 2020, avec la baisse tant des cours que des exportations d'hydrocarbures, le déficit budgétaire s’est établi à 16,4% du PIB.

>>> LIRE AUSSI: Pétrole: faute de produire assez, l'Algérie perd jusqu'à 4 milliards de dollars par an

Le problème de financement du déficit se pose avec acuité. A titre d’exemple, pour l’exercice 2021, selon la Loi de finance complémentaire (LFC) adoptée en mai dernier, le déficit budgétaire devrait atteindre 3.311 milliards de dinars algériens, soit plus 25 milliards de dollars.

Comment le financer? La relative bonne orientation du cours du baril de pétrole va permettre de résorber une partie du déficit si les cours de l’or noir continuent de grimper. Toutefois, il faudra trouver d’importantes ressources pour y faire face, dans un contexte marqué par la crise au niveau de nombreux secteur d’activité, le gouvernement ayant écarté la planche à billets et l’endettement extérieur.

Par ailleurs, concernant le déficit commercial, en dépit de la hausse du tarif du pétrole et des interdictions d’importations touchant de nombreux produits dont l’automobile, le déficit commercial continuera à grignoter sur les réserves de change du pays. Lors de sa dernière sortie, le ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane, a annoncé que le niveau des réserves de change a «repris durant le mois de mai 2021 un trend haussier», une situation qu’il a qualifié d’«inédite» et «qui n’a pas été observée depuis plusieurs mois». Toutefois, il n’a avancé aucun chiffre sur le niveau actuel de ces réserves.

>>> LIRE AUSSI: Algérie. La forte baisse des réserves en devises, inquiétante, devrait se poursuivre

Le déficit de la balance des opérations courantes devrait continuer à s’établir à des niveaux élevés, en dépit des annonces d’amélioration du déficit commercial qui ne devrait pas durer avec l’annonce de la reprise des importations de véhicules neufs et d’occasion pour alimenter le marché algérien privé depuis 2 ans de véhicules neufs.

Face au ralentissement économique et à la persistance des déficits abyssaux, la Banque mondiale avait recommandé à l’Algérie, en début d’année, de «s’orienter vers une économie plus diversifiée pour améliorer les perspectives d’emploi dans le pays». De plus, le pays est appelé à entreprendre des réformes structurelles à même de contribuer à la stabilité macroéconomique. L’institution a conseillé au gouvernement algérien de «réduire le niveau des dépenses publiques» tout «en protégeant les segments les plus vulnérables de la population». Autrement dit, les autorités doivent réduire le train de vie de l’Etat et surtout faire des coupes dans les colossales subventions, sans susciter la colère d’une population appauvrie par la hausse des prix et le niveau du chômage.

>>> LIRE AUSSI: Algérie. Réserves en devises: les prédictions inquiétantes du ministre des Finances

Parallèlement, l’institution recommande de nouvelles politiques de recouvrement pour générer davantage de recettes et réduire la dépendance du budget des recettes tirées les hydrocarbures. 

Ces réformes doivent aussi soutenir le développement du secteur privé moribond afin que celui-ci puisse prendre la relève et tirer la croissance en créant de la valeur et des emplois.

Reste que l’Algérie du président Abdelmadjid Tebboune a bien annoncé, avec beaucoup de faste, la mise en place d’un nouveau modèle économique qui ne se baserait pas sur les hydrocarbures. Un modèle durable qui reposerait sur le secteur privé, de nouveaux secteurs d’activité dont les mines et l’agriculture et qui engagerait le pays dans une transition vers les énergies renouvelables.

>>> LIRE AUSSI: Algérie. Nouveau modèle économique: «mobilisons-nous pour sauver notre pays!», lance Tebboune

Seulement, environ un an après l’annonce de ce nouveau modèle, aucun signe d’une véritable évolution n’est remarqué. Pourtant, lors de son annonce, en octobre 2020 le président Tebboune avait demandé aux Algérien: «Mobilisons-nous pour sauver notre pays!». Le Covid-19 et ses effets sur les recettes des hydrocarbures devraient pousser davantage les dirigeants à changer de modèle économique. Seulement, la Loi de finances 2021 a complètement ignoré ce changement de modèle économique.

Pourtant, ce changement de modèle est nécessaire pour faire face au taux de chômage des jeunes, jugé préoccupant, et qui alimente le mouvement de contestation social.

Toutefois, comme il est de coutume, la reprise des cours du baril fait oublier rapidement aux dirigeants la réalité économique et en conséquence ils continuent à miser sur la rente pétrolière. 
Le 16/06/2021 Par Karim Zeidane