Fermer

Vidéo. Mali: l'Internet Society sensibilise sur une meilleure utilisation de cet outil numérique

Mise à jour le 24/11/2021 à 14h05 Publié le 23/11/2021 à 12h34 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté

#Economie
Mali: Sensibiliser pour une meilleure utilisation de l’outil internet
© Copyright : le360 Afrique/Diemba

#Mali : Les membres de l’internet Society ont organisé, ce lundi 22 novembre à l’Agence de gestion des technologies de l'information et de la communication (AGETIC), la 2e édition de l’école malienne sur la gouvernance de l’internet. Ils appellent une nouvelle fois les acteurs à faire preuve de vigilance.

Tous les acteurs des technologies de l'information et de la communication maliens s'étaient donnés rendez-vous à Bamako, ce lundi 22 novembre, pour se pencher sur les dernières évolutions dans le domaine de l'internet et surtout pour renforcer leurs capacités techniques. 

Le but est également de former les utilisateurs aux fondamentaux de la toile, et aussi de leur donner les outils pour lutter contre la cybercriminalité et contre les fake-news.

Plusieurs modules étaient au programme de cette formation, à savoir, l’historique de l’internet, la fracture numérique, l’adresse IP. Dispensées dans une structures privées, ces modules n'auraient pas été à la portée de la plupart des participants. 

>>> LIRE AUSSI : Vidéo. Gabon: face aux fake news et sextapes, les ONG sensibilisent les jeunes au bon usage d'Internet

Mais, grâce à cette journée de formation, beaucoup peuvent acquérir de nouvelles connaissances dans ces domaines.



Il s'agit d'une formation d'une grande importance, vu la place qu'occupe désormais l'internet dans la vie de tous les jours, autant en opportunités qu'en risques. Car, un simple clic peut faire basculer le monde.

C'est d'ailleurs pourquoi, les professionnels participant à cette journée dédiée à la gouvernance de l'Internet demandent aux utilisateurs d’en faire une utilisation judicieuse, et ce d'autant que le Mali est sous menaces djihadistes.
Le 23/11/2021 Par notre correspondant à Bamako Diemba Moussa Konaté